Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'équipe de Circus.

L'équipe de Circus.

C'est quoi ce Cirque ? me direz-vous.

Et Bien c'est Circus qui avant d'être un disque est un Opéra Pop, un spectacle à la hauteur de nos attentes.

 

Le groupe constitué de 5 amis a mis en scène une histoire, un conte moderne en musiques et en chansons.

Le spectacle commence, lumière, images, et introduction par les vénérables ancêtres. Silence dans la salle, nous découvrons...

 

Héritiers de leurs pères, Dédo le funambule (Calogero à la basse) et Vlad le magicien (Stanislas au clavier) partent avec leur petite troupe dont Rosa la violoniste (Karen Brunon au violon) à un concours devant désigner "le meilleur numéro de cirque au monde". Cette compétition est organisée par Victor Monte (Philippe Uminski à la guitare) dans la belle ville de Rome. Mais l'arrivée impromptue d'une amnésique (Elsa Fourlon, guitare harpe et violoncelle) va faire chavirer l'équilibre du trio d'amis.

 

Notons tout d'abord qu'il ne s'agit pas d'une comédie musicale. Vous n'y verrez pas de chorégraphie, ni même de pas de danses ni de longues scènes jouées, même si ces chanteurs qui ne sont pas au départ des acteurs s'acquittent fort bien de leur rôle et des rares scénettes. Quelques passages en voix off servent de narrateur.

 

Le scénario écrit à leur demande par Marie Bastide se déroule devant nous formidablement interprétés par 6 artistes (les 5 précédents ajouté du batteur Grégory Jacques) et pas des musiques et textes de choix écrits par des noms prestigieux de J.J Golman à Marc Lavoine en passant par Dominique A et re Marie Bastide.

Les chansons pop-rock alternent entre douceur et rythme, portant en elles l'émotion de l'histoire et nous arrachant les tripes ou la voix (selon). Nous passons de chants renforcés des instruments à quelques chorales vocales touchant parfois à l'âme (solo de Karen Brunon). Une harmonie se créé entre les chansons mélange de moderne, de rétro et de tzigane, les lumières crues, intimistes ou sépia (hommage aux techniciens) et le décor simple, baroque et patiné.

La magie nait de l'ensemble et nous emporte dans cet univers, dans cette histoire chantée qui réinterprète les trois grands principes : Amours, Secrets et Trahisons. Un vrai partage avec la troupe.

 

A ne pas rater, d'autant qu'une fois le spectacle vu (et forcément apprécié) vous écouterez avec une nouvelle compréhension les chansons du disque éponyme.

                    

Petit clin au 7ème membre de la troupe : le chien de Stanislas qui s'est joint à eux lors du final à Franconville où j'ai eu le plaisir d'assister à CIRCUS.

 

                                                            

Et n'oubliez pas de faire un tour sur le Site du Cycle de l'Eveil => ICI

Tag(s) : #Chronique Spectacles
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :