Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les GARÇONS et GUILLAUME, à table !

     La multi-césarisation de « Les Garçons et Guillaume, à table » m’a permis de voir enfin cet excellent film que j’avais raté et qui ne passait plus près de chez moi, jusqu’à ce que ces nominations nous le remettent sur nos écrans.

                                     

     Le film raconte un pan de la vie de Guillaume Gallienne, de son enfance à son grand amour. Un parcours étonnant qui se résume dans le titre par ce « Et » qui plus que le lier à ses frères, le sépare d’eux, plus encore le sépare des garçons - entendre hétérosexuel. En effet Guillaume est persuadé d’être une fille et  non à garçon, ce qui le fait passer aux yeux de tous – sauf aux siens – pour un homosexuel. Etat de fait admis – voir imposé - par sa famille. Guillaume finira lui-même par s’interroger sur sa réalité.

                        

     Adaptation d’une pièce de théâtre, le film se réapproprie habilement cet art scénique en de courts passages situés entre narration explicative et psychothérapie. Ils ponctuent et rythment le film. Et 1 César pour le Montage ! Et 1 autre pour l’Adaptation !

     Durant ces instants, Guillaume Galienne se confie donc encore plus, démontrant son IMMENSE talent d’acteur. Jouant à la fois son propre rôle à tout âge (des culottes courtes  à sa jeunesse d’adulte) et sa mère, il déploie une large palette de sentiments et d’expressions, allant du sourire aux larmes. Sa capacité d’acteur est telle que très très vite on oublie qu’il interprète aussi sa mère, comme si c’était deux acteurs différents et non un. Et 1 César du Meilleur Acteur.

                         

         Une histoire vécue étonnante chargée d’une vraie émotion et doublée d’un humour appréciable et de quelques scènes irrésistibles, voir décapantes.

                          

         Et deux Césars de plus : Meilleur Premier Film et Meilleur film ! Même si on pourrait imaginer qu’un film ne devrait pas pouvoir concourir dans ces deux catégories, ces Césars sont amplement mérités.

         « Les Garçons et Guillaume, à table » nous fait passer un réel très bon moment tout en posant la question très psychanalytique : que sommes-nous ? Innés vs acquis, la grande question. Ou comment l’esprit d’un enfant peut être modelé par son entourage direct, par la vision qu’ils ont de lui. Etonnant, voir perturbant.

     Si vous ne l’avez pas vu, profitez vite de sa re-sortie pour le voir d’urgence.

                           

Tag(s) : #Chronique Cinéma

Partager cet article

Repost 0