Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

COLD WATER

Cold Water aborde le sujet des Camps Privés de « rééducation » américains dans lesquels les familles peuvent mettre leurs enfants délinquants ou simplement désobéissants.

Brad Lunders (P.J. Boudousqué) est un de ses jeunes. Dealer ayant eu déjà quelques ennuis avec la justice, en confrontation avec son beau-père, il va se retrouver embarquer manu militari dans le camp de Cold Water, dirigé par un ancien militaire, le Colonel Frank Reichert (James C. Burns).

Homme amère, aimant la boisson, il mène ses troupes, souvent d’anciens adolescents rééduqués dans son camp.

   

L’activité de ses jeunes se limite à courir en plein Soleil, à creuser la roche et à obéir sans discuter. Bien sûr, il y a une hiérarchie avec un des jeunes promus chef d’équipe, premier pas vers la sortie. Car là où la situation est d’autant plus terrible, c’est qu’ils sont là jusqu’aux bons vouloir du Colonel et cette accession à la réhabilitation peut prendre plusieurs années.

Bien entendu, les gardes ne se gênent pas pour se défouler sur les « prisonniers ». Brad tentera de trouver une échappatoire jusqu’au jour ou un de ses amis se retrouve lui aussi dans le camp.

Cold Water est globalement un bon film, avec des acteurs bien dans leur rôle. Le rythme est soutenu, tout en sachant prendre le temps lorsqu’il le faut. Le jeu de flashbacks qui nous permettent de connaître les faits qui ont conduit Brad en ce lieu nous dévoile peu à peu le drame de sa vie. La fin, fatalement violente, nous s’attarde à nous dévoiler un élément que le spectateur jugera crucial dans le parcourt de Brad.

Intéressant, le film manque tout de même un peu de force pour nous faire ressentir toute l’horreur de la situation de ces jeunes. Le caractère volontairement fort de Brad, s’il l’aide à affronter la situation froidement, détruit partiellement l’empathie que l’on peut avoir pour lui, faute d’exprime ses sentiments et de la faiblesse – il ne semble jamais craquer.

La puissance évocatrice du film s’en ressent donc, même s’il reste à découvrir.

Pour un début au cinéma, l’acteur Boudousqué s’avère très prometteur, à suivre.

                

Tag(s) : #Chronique Cinéma

Partager cet article

Repost 0