Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

EXODUS : Gods and Kings

Sous ce titre, Exodus, reprend le récit de l’ancien testament concernant la vie de Moïse. Pour éviter que son fils soit tué comme tous les premiers-nés, sa mère met le nourrisson dans un couffin à flotter sur le Nil. Récupérée par la sœur du pharaon Séthi (John Turturro), elle le fait passer pour son fils.

Devenu adulte, Moïse (Christian Bale) vit en seigneur égyptien. Il mène les combats de l’Egypte au côté de Ramsès (Joel Edggeton), fils de Séthi. S’il y a de l’amitié entre les deux « cousins », il existe également une rivalité, Séthi voyant plus Moïse comme apte à régner contrairement à son propre fils.

Cependant Séthi va mourir et les véritables origines de Moïse révélaient. Exilé, il découvrira le peuple hébreu et épousera Séphora (Maria Valberde) jusqu’à ce que le destin (Dieu ?) le conduise à essayer de libérer son peuple de l’esclavage sous lequel les tiens Ramsès.

De là, les sept plaies de l’Egypte, la fuite par la mer qui s’ouvre (ou pas) devant eux et les tables de la loi, même si le film après la traversé de la mer rouge ne s’attarde pas.

 

Quatre scénaristes et Ridley Scott à la réalisation de ce film se sont unis pour nous offrir un grand spectacle à la hauteur d’un péplum tels les « Dix commandements » avec Charlton Heston dans le rôle de Moïse. Des décors magnifiques et grandioses, de vrais figurants (et pas que des images de synthèse pour les armées et les combats), des costumes et une ambiance au niveau. Et de très beaux trucages.

             

L’histoire est bien menée et pourtant l’ambiguïté choisie par les scénaristes rend le film légèrement bancal ; même s’il reste agréable.

 

Ils ont opté pour voguer entre une explication classique et divine de l’histoire et une possibilité de rationnaliser l’ensemble. Moïse commence à discuter avec Dieu (incarné) après avoir subi un accident et potentiellement une belle commotion cérébrale. Donc Dieu ou délire ? De même les Plaies ou l’ouverture de la mer Rouge reprenne les théories scientifiques qui expliquent ces événements – même si dans le film elles sont condensées et reliées les unes aux autres. Donc Miracles ou effets naturels ?

Une idée intéressante j’en conviens, mais qui du coup m’a empêcher de me positionner. « Le cul entre deux chaises ».

Il en va de même pour Moïse, plus soldat que prêcheur, plus humain qu’homme de Dieu et d’un charisme pas toujours au top, pas un véritable meneur, il se laisse souvent porter par les événements et pourtant il tient tête à Dieu…

Quant à Dieu… Le fait qu’il soit incarné est une bonne idée – le choix de l’incarnant également. Toutefois cela renforce le côté vengeur, œil pour œil du personnage. Il apparait peu comme un dieu d’amour universel que comme le bras vengeur de son peuple pour punir les oppresseurs. C’est limite si le sauvetage de son peuple élu ne passe pas après sa vengeance contre les Egyptiens. Une vision qui en dérangera peut-être certains.

             

Le parti-pris de l’entre-deux vous permettra d’avoir votre propre vision sur cette épopée de l’Ancien Testament… divin ou non ? 

 

Petit plus : Sigourney Weaver en Tuya, mère de Ramsès, rôle assez bref.

      

Tag(s) : #Chronique Cinéma
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :