Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DIVERGENTE 2 : L'INSURRECTION

Après avoir fait avorter partiellement la tentative de prise de contrôle de l’Erudite Jeanine (Kate Winslet), les Audacieux sont en fuite. Four (Théo James), Tris (Shailene Woodley) et son frère Caleb (Ansel Elgort) se sont réfugiés dans un camp de Fraternels, dirigé par la mesuré Johanna (Octavia Spencer). Ils ont trainé avec eux Peter (Miles Teller) qui ne tardera pas à les trahir.

                   

Devant fuir à nouveau devant Eric (Jai Courtney) qui dirigent les Audacieux ralliés à Jeanine, ils vont croiser la route des Sans-factions. Si Tris pense qu’une coalition est nécessaire et possible avec eux, Four n’est pas de son avis, se méfiant de leur chef Evelyn (Naomi W atts qui fait un peu jeune pour ce rôle).

                      

Pendant ce temps Jeanine a récupéré un artéfact datant de 200 ans, les créateurs du système des Factions qui pourraient lui permettre d’imposer son autorité. Cependant il lui manque un élément crucial pour ouvrir celui-ci et sa traque va se focaliser sur les Divergents.

                      

Si le premier opus m’avait laissé un sentiment mitigé quoique positif, ce deuxième volet m’a d’avantage emballé.

Nous entrons plus vite dans le vif de l’histoire et nous découvrons trois autres factions, les Fraternels non-violents, les Sincères adeptes de la vérité et les Sans-factions oubliés du système (d’autant plus après l’éradication des Altruiste), mais fort bien organisé côté récup et recyclage (et accessoirement vol). Le monde s’étoffe donc et une organisation « pseudo-politique » se fait plus nette avec une Jeanine suffisamment manipulatrice pour s’innocenter et mettre tout sur le dos d’une partie des Audacieux.

                            

Les personnages principaux sont un peu plus poussés. La colère de Quatre inhérente à son enfance (la violence de son père et le désintérêt de sa mère) enrichisse le « beau gosse » du film. Quant au personnage de Tris, le film exploite énormément sa culpabilité et en fait un des moteurs du scénario.

L’action est bien sûr au rendez-vous qu’elle soit réelle ou virtuelle, quelques morts et des trahisons complète le tout.

A mon sens on peut se passer de la 3D, malgré quelques scènes qui pourraient le justifier.

        

Globalement un film divertissant et une fiction qui se fait plus riche et plus intéressante. Certes Théo James n’aura pas l’oscar du meilleur acteur, ni même Shailene Woodley, sans pour autant démérités. De même ce n’est certainement pas un film qui restera mémorable, néanmoins, j’ai passé un bon moment.

                           

Par contre la révélation finale liée à l’Artefact (partiellement attendue), mais aussi la toute fin me laissent perplexe. D’une part elle donne envie de voir (lire) la suite immédiatement, tant on désire découvrir où cela va mener, d’autre part, elle fait très peur, car le chemin emprunté par le troisième volet pourrait pourrir toute l’histoire (à mon sens). Espérons que ce ne soit pas le cas. Difficile d’en dire plus sans spoiler…

L’attitude globale des membres des différentes factions après cette ultime révélation est aussi très étonnante et très peu rationnelle. Qui plus est, personne ne semble perturbé par leur statut de… (ceux qui ont vu le film comprendront).

Tag(s) : #Chronique Cinéma

Partager cet article

Repost 0