Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ENZYMIS t2 : L'Eveil des Abysses.

« L’Éveil des Abysses », comme vous le verrez en le lisant, porte bien son nom puisque l’empreinte du Mal, en la personne de Skorn et ses sbires vont s’étendre sur Enzymis.

 

Le jeune roi Mathéor continue sa quête des cinq pierres qui selon la prophétie doit lui permettre de vaincre Skorn. Nous retrouvons à ses côtés l’ensemble de la Confrérie d’Harfang. Ils se dirigent vers le royaume de Notoria et plus spécifiquement vers l’île de Tel-Atlancas.

De nombreuses épreuves les attendent alors qu’un vent de destruction souffle sur le monde.

 

Si le premier tome m’avait laissé un sentiment certes positif, mais avec quelques retenues (LIEN), ce deuxième opus marque le pas et emporte bien plus mon adhésion.

 

Le récit est bien mené. Le didactisme de la présentation du premier tome disparaît pour laisser plus de place au romanesque. L’action s’enchaîne toujours, mais avec un rythme plus mesuré qui laisse le temps aux événements de se mettre en place.

 

Les personnages marquent mieux leur spécificité avec des aptitudes complémentaires, mais aussi des caractères plus marqués. Euphyndris, quoiqu’original, reste – à mon avis – superflu et difficile à utiliser (aller faire passer un centaure dans un couloir ou le rendre discret…). Nephiliane trouve sa place, mieux qu’Efestos qui reste sous exploité, malgré ses capacités d’archer mises en avant. Même Filrou et Formin prennent de l’ampleur, les éloignant un peu de leur rôle comique.

 

J’ai apprécié de découvrir que ces héros pouvaient être mortels, que ce monde toujours très dichotomique peut se teinter de gris et que les gemmes sont bien plus que cela. Le mystère de la dague de Mathéor s’épaissit et le mystère de la mort de son père surgit, donnant envie d’en savoir plus (mais il faudra attendre la ou les suites).

 

L’écriture est toujours très correcte et s’enrichit même dans ce deuxième tome, même s’il reste de-ci de-là quelques répétitions. Autre petit bémol, je trouve que les personnages ont un peu trop tendance à pleurnicher (normale pour Nephiliane cependant qui est plus jeune)… Ils n’ont pas le temps pour cela ni pour s’apitoyer.

 

Si elles sont plus anecdotiques que dans le tome 1, quelques illogismes apparaissent encore dans certaines situations ou par rapport à certaines réactions des personnages. Par exemple, qu’aucun membre du groupe ne se rende compte un soir de l’absence de Nephiliane (ni au repas ni au coucher) me semble un peu gros. Rien n’altère cependant le récit.

 

En résumé « L’Eveil des Abysses » s’avère d’une lecture agréable, au récit mieux maîtrisé que le premier tome ; sans compter que les personnages, les mystères et la quête s’enrichissent.

La suite, que je ne manquerai donc pas de lire quand elle sera publiée, nous emmènera sans doute plus loin, sauf si, d’ici là, Skorn domine le monde (et il est bien parti pour…).

 

Et toujours une très belle couverture de Véronique Audelon.

 

Enzymis, tome 2, L’Eveil des Abysses de Quentin Dubois, TheBookEdition.

Tag(s) : #Chronique Littérature
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :