Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ENCORE HEUREUX

Dans un contexte de crise économique, cette famille se retrouve vite en difficultés suite à la perte de son emploi par le père de famille Sam (Edouard Baer). Se retrouvant à quatre dans un mini appartement, avec le seul salaire de Marie (Sandrine Kiberlain), la famille se voit réduite au système D, qui ici se définit par le vol à l’étalage où la mère entraine ses deux enfants Alexia (Carla Besnaïnou) et Clèment (Mathieu Torloting).

La donne va changer lorsque la vieille et acariâtre  dame du dessous qui donne des cours de piano à Alexia (qui prépare un concours) va passer l’arme à gauche ; Alexia y voyant là une opportunité pour aider sa famille. Mais les choses vont se compliquer (un peu plus) quand la concierge (Ghislaine Londez) va s’en mêler. Ajouter à cela Antoine (Benjamin Biolay), bellâtre séduit par Marie et vous avez un cocktail complet.

Cette comédie douce amère nous dépeint donc les tribulations d’une famille en difficultés en y ajoutant différents éléments d’intrigues : une morte à faire disparaître et un amour transit tentant de s’insinuer dans un couple en perdition. Le scénario part peut-être un peu trop dans tous les sens d’ailleurs.

Si j’apprécie le ton décalé d’Edouard Bear, je trouve que son personnage de Sam ne l’est pas assez. Sam est un chômeur dépressif (mais pas trop), semblant se laisser porter par la situation sans trop chercher de travail (et pourtant il semblerait que si), et attendant l’idée géniale qui le fera rebondir (une loufoquerie qui reste peu approfondie).

                     

Il en va de même pour Marie, amoureuse de Sam, mais lassée de son inaction, fatiguée de la situation, mais qui ne secoue guère son mari pour que cela change, séduite par Antoine, mais incertaine. Bref, là aussi un personnage qui vogue entre deux eaux sans vraiment se démarquer.

Au final, c’est cet entredeux qui domine l’ensemble du film, pas totalement abouti à mon goût.

Sur fond social, l’humour se dessine, hésite parfois et s’affirmer à quelques autres moments. Une belle présence d’Anna Gaylor dans le rôle de Madeleine, une grand-mère truculente qui n’a pas froid aux yeux.

Un film qui ne s’encombre pas de morales et qui, à juste titre, s’attaque sans complexe (mais sans insister non plus) à la suffisance et au gaspillage des biens nantis.

                                                 

Un film plaisant, mais qui ne va pas assez loin, avec des personnages assez fades (sauf Madeleine). Une demi-teinte un peu trop lisse.

ENCORE HEUREUX
Tag(s) : #Chronique Cinéma
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :