Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LE CHASSEUR ET LA REINE DES GLACES

 

L’histoire commence par un long flash-back. Celui permet de nous exposer la naissance des pouvoirs de Freya, la Reine des Glaces (Emily Blunt), sœur de Ravenna (Charlize Theron) alias la belle-mère de Blanche Neige dans le film précédent. Femme au cœur brisée, elle conquerra un à un les royaumes du Nord, faisant des enfants, ses futurs soldats. Parmi ceux-ci se trouvent Eric (Conrad Khan) et Sara (Niamh Walter) qui devenus adultes (Chris Hemsworth et Jessica Chastin) ne seront pas insensibles l’un à l’autre, malgré l’interdit d’éprouver des sentiments, première loi de la Reine des Glaces.

              

Une fois ce préquel menait à sa conclusion, nous replongeons dans le présent qui se déroule quelques temps après la conclusion du film Blanche Neige et le Chasseur. Le Miroir (mon beau miroir) a été dérobé et le Chasseur est recruté pour retrouver celui-ci et l’emmener jusqu’au sanctuaire. Comprenant que Freya le convoite, ce qui lui donnerait le pouvoir de conquérir le royaume de Blanche, il accepte la mission…

                     

Le chasseur et la Reine des Glaces est un film divertissant, sans plus. Il ne faut pas aller chercher plus loin. Les affrontements sont sympas et toniques pour la plupart (je trouve que la Ravenna se débarrasse un peu vite de ses adversaires). Quant au scénario, le fait de s’attarder sur le passé des deux « héros » est une partie intéressante. Il faut tout de même remarquer que le frère de Ravenna (et donc aussi de Freya) n’est même pas mentionné et que la mort de la femme du Chasseur diffère de ce qu’en dit justement ce frère dans le premier film. Une réécriture que l’on peut tolérer.

                       

Chris Hensworth a gagné un peu de charisme par rapport au précédent opus et (selon ma fille) il est toujours aussi beau. A son maniement habile des haches, vient, en contrepoint et équilibre des sexes, Sara, archère digne d'un elfe, aux mouvements souples et acrobatiques et sachant manier deux longues dagues.

    

Le personnage de Freya combine habillement une personnalité qui se veut désormais sans sentiment à ses pouvoirs sur la glace, froideur teinté de tristesse bien rendue par Emily Blunt. Quant à Ravenna, Charlize Theron incarne toujours la perfidie et la mechanceté sans limite de celle-ci. 

                 

Les quatre nains (qui ne sont pas des acteurs nains) ne sont, hélas, que des faire-valoir, n’apportant que peu à l’équipe. Seule Mrs Bronwyn (Sheridan Smith) s’en sort bien, avec un personnage plus piquant et donc plus présent que les autres.

Notons la belle réinterprétation de la race gobeline qui, ici n’a rien des gobelins classiques. Ils sont un mélange entre des singes, des faunes et… des gobelins.

     

Pas le film de l’année, mais sympa.

Une histoire d'amour éternel, de blessures insurmontables, de pouvoirs, de trahisons et de vengeances...

LE CHASSEUR ET LA REINE DES GLACES

Comme je l'ai dis pour le Livre de la Jungle pour Mowgli, à noter qu'une variante de Blanche Neige et de ces 7 Nains apparaîtra également dans « La geste du Tisserand », roman de fantasy que je suis entrain d’écrire. Celui-ci se situe dans le Monde D’Orobolan de Mestr Tom.

Prévu pour début 2017.

 

Pour suivre mon actualité littéraire >> LIEN.

Pour découvrir le Monde d'Orobolan >> LIEN

Tag(s) : #Chronique Cinéma
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :