Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MARVEL, All New All Différent ?

 

Nous y voici le fameux « All New All Différent Marvel Universe »... Comme je l’avais indiqué petite revue de mon avis tout personnel de ce nouveau début.

 

Tout d’abord et ceux qui me suivent un peu sans douterons, j’ai zappé Deadpool et j’avais prévu d’en zappé d’autres, ce qu’au final je n’ai pas fait.

 

Les Gardiens de la Galaxie.

La série éponyme ne s’en tire pas trop mal. Le fait que Peter Quill soit coincé dans son rôle de Roi est intéressant. Secret Wars n’apporte que l’arrivée de la Chose dans l’équipe, appuyé sur la logique que Ben Grim a toujours souhaité devenir spationaute. Cependant ses capacités font redondance avec la force et la résistance de Drax ou de Groot. Kitty Pryde dans le rôle de Star-Lord pourquoi pas.

Maintenant cette série ne suffit pas à mon sens à compenser les autres. Je n’accroche pas à la jeunesse de Star-Lord dans sa propre série, ni à Drax (entre humour et gros bœufs) et encore moins à Rocket Raccoon & Groot qui tient plus de la parodie que du comics de superhéros.

Bref un mensuel que je ne suivrai pas, malgré mon intérêt pour Kitty et la Chose. Je retrouverai donc les Gardiens de la Galaxie en librairie… Peut-être.

 

Avengers.

Très partagé quant à la série Avengers. Mitigé sur le graphisme du numéro Free, plus enjoué sur le numéro 1 (Mahmud Asrar & Adam Kubert). Pourquoi Vision doit-il revêtir le costume du film qui devient encore plus laid sur papier. L’intérêt repose sur le rôle de mentors que jouent les anciens envers les nouveaux.

Tout aussi perplexe sur New Avengers. Si j’apprécie la composition de l’équipe dans son ensemble, j’ai là aussi un peu de mal sur les graphismes à la Umberto Ramnos de Gerardo Sandoval. Le fait qu’ils soient en marge de l’organisation de base et des États-Unis est une bonne idée (recyclée). Le côté un peu débile donné à Ecureuillerette me semble dommage, poussant un peu ce personnage hors-norme vers la sortie.

Quant à Uncanny Avengers, pas assez de recul pour avoir un début de jugement, mais le simple fait de voir Deadpool m’horripile déjà.

Un mensuel sur la frange dont le seul apport de Secret Wars est l’Ultimate Red Richard.

 

Iron Man & Avengers.

Saluons les élégants graphismes de David Marquez associé à Justin Ponsor. Le retour d’une Madame Masque mystérieuse et d’un Fatalis qui n’est plus défiguré (suite à SW). Apporte un intérêt à la série. Après rien de bien neuf ni Antony Stark (toujours exécrablement égal à lui-même), ni à Iron Man même si son armure est « nouvelle » intégrant toutes les autres (sigh !).

A contrario, même si les dessins (Daniel Acuna) et couleurs de Captain America sont innovants, ils ne me plaisent guère. Par contre la prise de position de Sam Wilson et la situation délicate en découlant (les deux n’étant pas sans rappeler la période Nomad de Steve Rogers)   sont un atout de la série. Est-ce que cela sera suffisant pour tenir la série... ?

Quant à Thor, là aussi, la série renoue avec un ancien concept, l’humain faible et le héros fort que nous avions au départ avec le boiteux Donald Blake vs Thor. Là nous avons la puissante Thor et Jane Foster luttant contre le cancer, sacrifiant même son traitement à sa divine mission. Saluant l’audace de parler sur la durée d’un sujet aussi délicat, même si on se doute qu’un moment ou à un autre Jane guérira (par magie ?), même si le contraire semble annoncer. Avec les modifications aux seins d’Asgard, et l’intolérance d’Odin, la série de Jason Aaron possède plusieurs points intéressants. Le graphisme, là aussi différent, de Russel Dauterman convient à cette histoire entre héros et fantasy.

Un mensuel que je ne comptais pas suivre au départ, mais auquel je vais donner sa chance.

 

Spiderman.

Amazing Spiderman apporte des changements, non pas lié à SW, mais aux mois écoulés entre la fin de cet événement (un peu raté) et le début des nouvelles séries. Peter Parker n’est plus le looser habituel, mais une copie de Tony Stark sans l’arrogance de celui-ci. Un Spiderman optimisé (pourquoi pas) qui fait un beau duo avec Oiseau Moqueur (que j’aime bien) et qui n’est pas sans rappeler son duo avec La Chatte Noire ou plus encore avec Silver Sable. Intéressant aussi cette idée de Spidermen leurres. Mais pourquoi nous ressortir une Spider-mobile ? Pour les ventes de jouets à Noël ? Notons la belle colorisation de Marte Gracia.

Sous la direction de Bendis, Miles Morales reprend le rôle dans Spiderman. Un graphisme plus réaliste et plus sombre. Bien entendu, il ne peut pas tout à fait être le Miles Morales de l’univers Ultimate. Si SW permet de l’intégrer à l’unique (pour le moment) univers Marvel, via la recréation de celui-ci par les Richard, il est évident que le passé de Miles ne peut plus être tout à fait le même, y compris son origine (piqué par une araignée modifiée par le sérum Oz, tout comme le Peter Parker Ultimate). Alors ? À voir quelle direction va prendre cette série.

Spiderman 2099 : Si j’aime le personnage, la série a des progrès à faire sur les dessins, mais aussi sur le scénario, même si celui-ci semble vouloir prendre un nouvel élan (voire un nouveau costume ?).

Un peu déçu pour le moment, mais je reste intéressé. Difficile de laisser tomber Peter. Espérons juste que la pléthore de Spider (sans parler des filles) ne tue pas le concept.

 

Inhumains.

Un magazine qui reprend un concept que j’avais utilisé il y a des années dans mes écrits non publiés de comics : l’explosion volontaire d’une bombe « mutagène » pour activer des gènes dormants. Ici la tératogenèse à grande échelle révèle les nov-humains, descendants d’inhumains ancestraux.

Uncanny et All News Inhumains sont deux séries finalement très liées, même si leur orientation diffère un peu. Dans la première c’est la quête du fils de Médusa, confié à Kang par Flèche Noire (avant SW) qui va prendre le devant, dans le second les actes de Crystal pour protéger les leurs. Au final, c’est tout de même le destin de ce peuple souverain (et reconnu comme tel) qui se joue.

Nous avons quand même affaire à une transposition des problèmes mutants sur les inhumains : racisme, rejet des autres et de sa famille, minorité, diaspora… Même si à cela s’ajoute quelques spécificités liées l’état initial d’état « reconnu » des Inhumains et de leur reine (toutefois, les mutants ont eux aussi frôlé cette situation avec leur île).

Pas convaincu (sauf par le court « Sublimation »).

 

Wolverine.

Bon X-23 alias Laura Kidney reprend logiquement le rôle dans la série Wolverine. L’idée qu’elle doit sauver ses clones n’est pas forcément mauvaise, un peu comme un effet miroir, mais rien de très passionnant. Angel est aussi là (en second rôle) et il a (hélas) gardé ses ailes de feu. L’histoire ne décolle pas et les dessins (Lopez & Navarrot) tout comme la colorisation (Nathan Fairbairn) sont très laids, peu expressifs et manquants de tonicité. Une série  ratée à mon sens, malgré Laura.

Old Man Logan pourrait être intéressant. Pour le coup le graphisme (Andrea Sorrentino & Marcello Maiolo) est parfaitement adapté à l’ambiance de l’histoire. Si l’idée de l’homme perdu dans ce qui est son passé (la belle époque), la vengeance qui semble vouloir mener l’homme et l’histoire risque, au début, de limiter l’intérêt, sauf remise en question morale de ce vieux Logan. Jeff Lemire au scénario. Reste que reprendre ce personnage dénature à mon sens celui-ci, tel qu’il a été conçu à l’origine dans la minisérie qui a vu naître ce futur de notre Logan « décédé ».

Peu convaincu là aussi. À voir rapidement ou avec l’arrivée d’X-Men 92.

 

X-Men.

Okay, certains vont sans doute trouver ces séries un peu « vieux jeu », mais personnellement c’est ce semblant de retour aux sources qui me séduit grandement. Et pour moi ce mensuel est le meilleur de tous. Pourvu que les équipes ne changent pas sans arrêt au grès des scénaristes… Bien sûr nous retrouvons les problèmes classiques des mutants : rejet, haine et racisme, survie et minorité ajoutée d’une stérilisation et d’une maladie liées à la tératogenèse.

Extroardinary X-Men : Une équipe top qui regroupe presque les « nouveaux X-Men » de l’époque (ma jeunesse), Tornade, Colossus, Diablo ajouté de la nouvelle version de Logan (qui risque de dénoter avec la série qui lui est consacrée), mais aussi de Jean Grey (la jeune) et de Magie. Des personnalités variées et des compétences complémentaires. Bref tout ce que j’aime. Un refuge dans un milieu inédit (quelle folie !).

All New X-Men nous permet de retrouver la version jeune des premiers X-men (moins Jean chez l’autre équipe), ajouté de Laura, Genesis et Oya ( ?). Graphismes agréables et lumineux. Scénario (Denis Hopeless) qui renoue avec un classicisme rafraîchissant. Mystère du vieux (et défunt ?) Cyclope qui pèse sur les épaules de son jeune lui. Bref sympa.

À l’opposé, la série Uncanny X-Men, passe du côté plus sombre des X. Une équipe plus vindicative composée de Magnéto, Monet Saite-Croix, Dent de Sabre (le gentil qui fait donc la pige à l’ancien Wolverine) et Psylocke qui contrôle le corps vide d’esprit d’Archangel. Notons l’atmosphère plus sombre aussi du dessin et les costumes légèrement modifiés qui apportent une unité à cette équipe. Chercher un remède à la maladie des Brumes Térétogènes est leur but. Un groupe intéressant avec des personnalités fortes et différentes de ce qu’elles furent pour certains. À suivre.

Au final, comme je l’ai dit, un beau triplet.

 

All-New All-Différent ?

La question se pose donc. De mon avis, l’effet d’annonce est exagéré.

La plupart des séries continuent sur la lancée qui était la leur avant Secret Wars : L’apparition des nov-humains, de la nouvelle Thor ou du nouveau Captain América, mais aussi le statut Royal de Peter Quill.  Les Avengers de Da Costa ont perduré et après le long récit des Avengers vers la fin de l’univers, ceux-ci reviennent à des préoccupations plus « ordinaires »

Au final, l’événement SW n’a pas apporté grand-chose à ce « nouvel » Univers Marvel.

De-ci de-là on retrouve certains éléments apparus dans SW comme le Régent chez Spiderman, la future Captain América chez Spiderman 2099 ou le Créateur (Sigh !), sans oublier Old Man Logan. SW aura au moins permis de donner une fin honorable aux Quatre Fantastiques, fin déjà entérinée avant SW. Seules la Chose et la Torche sont recyclés et on peut se demander si cela était bien utile. L’autre mérite de SW est d’avoir achevé l’univers moribond d’Ultimate que les choix éditoriaux avaient déjà largement miné. Seul est sauvé ce qui a mérité d’être sauvé : Miles Morales, c’est-à-dire Ultimate Spiderman, même si, comme je l’ai dit, ses origines vont forcément être réinitialisées.

Ce qui donne un coup de neuf à ce nouveau début, ce sont ces mois perdus pour les lecteurs qui renferment de nombreux mystères pour titiller notre curiosité. Marvel reprend là, l’idée mise en place il y a quelques années par le nouveau départ de DC, avec un trou de 5 ans (ajouté d’une réécriture de l’histoire DC et plus ou moins de certains personnages).

La nouveauté vient aussi d’une volonté d’attirer de nouveaux lecteurs avec, en particulier les Inhumains qui vont coloniser un pan entier du monde Marvel, ou des multiples séries liés aux Gardiens de la Galaxie surfant sur le succès d’un film bien plus intéressant que les comics en parlant. Marvel (Disney) fait aussi de l’œil aux jeunes lecteurs avec le casting des Avengers ou des New X-Men, ce qui en soit est tout à fait naturel pour des comics qui se veulent intéresser un public large.

Bref pas de grande révolution, des choses passables, d’autres bonnes, comme souvent dans un monde aussi large que Marvel (ou DC).

À chacun d’y trouver son bonheur… Ou pas !

MARVEL, All New All Différent ?
Tag(s) : #BD

Partager cet article

Repost 0