Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LA TORTUE ROUGE

Un homme s’échoue sur une île déserte, constituée d’une vaste plage sur une lagune, une colline arrondie et une bambouseraie pour l’essentiel. Il va tenter de repartir en mer à bord d’un radeau, puis d’un plus grand et d’un autre encore, mais celui-ci sera à chaque fois brisé par une créature marine qui se révélera être une tortue rouge. L’occasion lui sera donné de neutralisé l’animal et de là une nouvelle vie va commencer pour lui…

            

Ce film d’animation de Michael Dudok de Wit en collaboration avec les prestigieux studios Ghibli nous conte avec poésie les étapes de la vie de tout à chacun.

Dans cette perspective le naufrage pourrait s’interpréter comme l’adolescent quittant l’abri familial et se confrontant seul à la réalité de la vie, ses échecs et parfois un autre chemin que l’on doit prendre. Le jeune homme deviendra mari et père avant que la vieillesse ne vienne.

S’il est insolite et fictionnel par la tortue et son devenir, gage d’une certaine éternité de la vie, ce film d’animation épuré vous tient par une beauté indéniable dans la simplicité et dans son rythme posé. Cette lenteur (parfois un peu trop) va entrer en contraste avec un événement marquant du film, une catastrophe tout en force, y compris sonore.

 

Les dessins et mouvements (réalisés à partir d’acteurs) combinent l’informatique et le fusain, apportant un rendu proche d’une peinture, voire d’une estampe japonaise, même si globalement le style reste très franco-belge avec des yeux à la Tintin (petites olives noires). L'océan est particulièrement beau, y compris dans sa rage. Les dessins sont des épures lumineuses et l'histoire s'y déroule avec une belle fluidité.

A noter que la musique et les silence ont toute leur importance puisque le film est exempt de dialogues. 

            

Outre de décrire la vie, La tortue rouge met aussi en avant que le bonheur peut se départir de toute considération matérielle. Un pied de nez à notre société sur-consommatrice d’inutiles. Question à laquelle ma cadette répond : plus facile de s’en passer lorsque l’on n’est pas soumis à ces tentations matérielles (débat philosophique ouvert).

                          

Un film d’animation intéressant qui ne séduira certainement pas tout le monde de par son sujet et son rythme, mais qui à la beauté et la poésie des contes ou des rêves...

LA TORTUE ROUGE
Tag(s) : #Chronique Cinéma

Partager cet article

Repost 1