Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DU PLOMB à LA LUMIÈRE.

Du Plomb à la Lumière est un recueil de 21 nouvelles, 21 dessins, mais aussi 21 musiques originales. Sur cet ensemble, seule la première nouvelle Le coup de collier de Valentin Desloges est hors compétition.

Compétition dites-vous ? Oui, cet ouvrage constitue le regroupement de nouvelles sélectionnées pour participer au prix Mille Saisons 2017 (paru en mars 2016, fin des votes 16 mars 2017). En compétition les nouvelles, mais aussi les dessins que l’on trouve au début de chaque récit et les musiques à écouter sur internet (on peut même les télécharger pour s’en faire un album – ce que j’ai fait).

Pour voter, il vous faut gratter pour découvrir le code en dernière page du livre qui vous permet de voter pour 3 auteurs, 3 dessinateurs (tous amateurs de l'école Jean Trubert) et 3 compositeurs.

Un concept « multimédia » liant texte, image et mélodie.

 

Il serait impossible de parler ici de l’ensemble des textes qui devaient naviguer sur le thème repris en titre de l’ouvrage « Du plomb à la lumière » et sur une thématique fantastique (au sens large). Les auteurs l’ont rarement pris au sens littéral, voire alchimique pour le considérer plus souvent dans un sens figuré : l’élévation de l’individu vers un stade supérieur.

Les nouvelles ayant été présélectionnées par un jury, il n’y a rien à jeter, même si j’ai trouvé deux d’entre elles peu intéressantes (mais aussi plus éloignées du thème).

Je vais donc oublier celles-ci et me concentrer sur celles que j’ai appréciées, et dont mes 3 préférés auront mon vote, idem pour les dessins et la musique (tous deux devant correspondre au texte). Les voici dans l’ordre chronologique d’apparition :

 

                    

 

Les feux de la rampe de Karine Rennberg.

J’ai particulièrement apprécié le monde de cette histoire et la magie qui y règne. Dangereuse et puissante comme l’expérimente le jeune Haleth. Une histoire forte teintée d’émotion.

 

Et musique par Sarah Adnasse.

 

                             

 

Les Hommes de Métal d’Anthonny Boulanger que j’avais rencontré lors d’une de mes premières dédicaces sous une neige impossible.

Un récit original, bien dans son style, qui conte l’anomalie dont est victime un homme de métal, dans une civilisation ou la caste dépend de la nature du métal dont vous êtes faits (or, argent, plomb ect…). Une nouvelle sociale pertinente.

 

Et musique par Keiichi Sugiyama.

 

                                                                     

 

Marché conclu !

Musique par Michel Roux.

 

Notre Dame de Baltimore de Kéti Touche.

Deux enquêteurs ordinaires qui se retrouvent confrontés à une situation à la fois biblique et horrifique. Une progression pas-à-pas vers un voyage qui pourrait être sans retour. Plus dure sera la chute !

 

Ce qui nous lie d’Ophélie Hervet.

Un univers post-apocalyptique, dont les survivants sont menacés pars des hordes de démons. Un prêtre armé chevauchant une moto et un apprenti presque trop aventureux. Un récit dynamique et un monde intéressant que j’aimerai, là encore, découvrir un peu plus.

 

Et musique par Keiichi Sugiyama.

 

                           

 

Être Vivant de Marguerite Roussarie.

Pas dénué de poésie, cette histoire qui met en scène un robot qui va devoir évoluer pour sauver une jeune humaine. L’humanité est-elle l’apanage des hommes de chair et de sang ?  Qui sait ?

 

La bataille de Krak Girn

Musique par Keiichi Sugiyama. (encore)

 

Un rêve de lumière de Romain Jolly.

Le beau et le dur se mêlent dans ce récit à la dichotomie sociale marquée. Des artistes des bas-fonds n’ont qu’un espoir être remarqué par un riche mécène qui va les extraire de leur misère. Diana la danseuse et Marc son violoniste vont se confronter à ce monde et aux jalousies qu’il engendre.

 

                                                                 

 

Et si l’équinoxiale n’était qu’une mort de plus de Marine Auriol.

Sur fond d’exploitation de la masse (ici des clones) par les puissants, cette nouvelle nous entraîne au cœur d’une usine sur une planète dangereuse. Si l’espoir réside en certains ouvriers, celui-ci risque d’être balayé par la tempête qui s’annonce. Une chute inattendue qui ouvre bien des perspectives sur ce monde.

 

                                   

 

Au total un bel ouvrage.

Pour en savoir plus et en partculier écouter les musiques en concours :

DU PLOMB à LA LUMIÈRE.
Tag(s) : #Chronique Littérature

Partager cet article

Repost 0