Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

RAID DINGUE

Johanna Pasquali (Alice Pol) a un but ultime dans sa vie d’agent de police : intégrer le RAID, sauf que d’évidence, elle n’en a pas les capacités et qui plus est, elle est une catastrophe ambulante. Elle a pour elle sa persévérance. Toutefois, après deux échecs, elle envisage de se tourner vers la Légion Etrangère ; choix intolérable pour son futur mari Edouard Dubarry (Patrick Mille). Il fait donc appel au père de Johanna, le ministre de l’Intérieur Jacques Pasquali (Michel Blanc).

 

 

Celui-ci convint le chef du RAID Patrick Legrand (François Levantal) d’intégrer sa fille afin de la dégoutter durant l’entraînement pour qu’elle démissionne d’elle-même. Elle se retrouve dans un groupe de 16 sous la tutelle de l’agent Eugène Froissard (Dany Boon), réputé poissard depuis que sa femme l’a quitté. Bien entendu, pour lui, une femme n’a rien à faire dans le RAID.

Ajouté à la situation un gang de cambrioleurs terroristes et vous avez une situation explosive.

 

J’avais peur que ce film tombe dans un humour potache voir un peu lourd, mais il n’en est rien, en tout cas la majeure partie du temps.

 

 

Dany Boom, qui est également le scénariste et le réalisateur, laisse judicieusement son personnage en retrait par rapport à Alice Pol (Superchondriaque). Celle-ci tient largement le premier rôle et incarne à la perfection le personnage maladroit et gaffeur de Johanna. Nous retrouvons en elle, une version féminine et plus moderne des distraits et autres malhabiles que Pierre Richard a su jouer. Elle transporte littéralement le film. Casting réussi.

 

 

Les terroristes sont également source d’humour puisqu’ils utilisent des déguisements variés pour cambrioler afin d’obtenir des fonds pour leur but ultime. À la fin, leur chef Viktor (Yvan Attal) a une petite touche et un grain de folie qui n’est pas sans me rappeler un Joker en moins déjanté toutefois.

 

 

La relation entre Gérard et Jean est tout aussi savoureuse dans son évolution. Un prêté pour un rendu.

 

 

Gros effets pyrotechniques et sentiments attendus s’ajoutent au scénario pour le densifier et faire évoluer Johanna.

 

RAID dingue porte bien son nom. On passe un très bon moment, on s’amuse et on rit et on apprécie le jeu de Alice Pol et son personnage.

 

RAID DINGUE
Tag(s) : #Chronique Cinéma

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :