Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LE PETIT MONDE DE RENAUD au théâtre.

ette pièce de théâtre musicale, nous raconte l’histoire d’une bande de copains à travers les chansons de Renaud et Ta-ta-ta !

Nous retrouvons Lucien (Guillaume Cramoisan) jeune chanteur aux chansons engagées, Manu (Patrice Rivet) suiveur du groupe et bien sûr Gérard Lambert (Bruno Gare) loubard des années 80 pas équipé pour réfléchir. Tous trois entre dragues, musique et mauvais coups s’engagent dans la vie. De leur fin d’adolescence / tout début de leur vie d’adultes, nous ferons ensuite un bon de 15 ans en avant dans la vie de futur père de Lucien et de « sa chance » puisqu’il lui sera offert de passer dans un show télévisé.

 

 

La troupe du Phénix nous offre là un spectacle vivifiant, agréable et amusant. Le rire nous emporte à travers des bons mots, face aux personnages ou aux situations parfois rocambolesques, mais vraiment attrayantes. De la très bonne comédie, portée par des artistes joviaux et soutenue par les chansons de Renaud. Celles-ci sont soient chantés, parfois juste un couplet ou simplement intégrer par quelques strophes dans les textes et elles sont toujours mises en scène.

 

 

Faut-il pour autant être un inconditionnel de Renaud pour suivre le spectacle ? Si c’est un plus indéniable – mon épouse avait toutes les références, moi pas – ce n’est pas indispensable. Avoir une vague idée des grands classiques du chanteur suffit largement et, à mon sens, n’est pas forcément non plus une condition sine qua non, tant le spectacle est enlevé.

 

 

Si Guillaume Cramoisan n’endosse qu’un rôle, les autres se démultiplient de manière impressionnante – prouesses d’acteurs. Jean–Luc Muscat passe de la Teigne au Beauf en bifurquant par le producteur de l’émission télé et un jeune ado tranquille accoudé au comptoir… sans parler de son banjo en introduction du spectacle. Manu devient présentateur d’émission, Lucien technicien et prisonnier étranger. Diane Dassigny incarne une Pépète touchante et une présentatrice décérébrée, Gaëlle Voukissa saute de la bonne copine anglaise, à la Doudou (qui met les bouts) et termine par la « nouvelle » star de télé.

 

Très bon divertissement donc, mais pas dénué de messages s’opposant à une certaine forme de société (voire les chansons de Renaud) et dénonçant les télé-crochets par une parodie plutôt géniale.

 

 

Ils sont accompagnés par un trio de jeunes musiciens impliqués et talentueux : Rodrigue Fernandes, Franck Camerlynck et Mathilda Haynes.

 

Petit plus très sympa : un prolongement après le spectacle dans la rue, a cappella.

 

Vous ne pouvez donc qu’avoir envie d’aller les découvrir. Où et quand ?

 

Au Théâtre du Palais-Royal (Paris I), salles modestes et magnifiques au cachet de l’ancien, style rococo surchargé, aux murs de chaudes tapisseries carmines et aux sièges relativement confortables (bien plus que ceux de la navette du RER).

 

Du jeudi au samedi à 19h00 jusqu’à fin avril 2017 puis le 4 mai à Merignac (au Pin Galant) et le 19 mai à Saint Romain du Colbosc (au Sirroco).

 

Le spectacle étant tôt, vous pourrez, comme nous, vous offrir un petit resto sympa dans le coin (il y en a pour tous les prix) puis rentrer tranquillement chez vous ou non.

Ou non en particulier si votre RER C ferme ses portes plus tôt que prévu et que vous devez prendre les navettes de remplacements soit 2 heures pour rentrer au lieu de 1 heure… Toutefois, ce désagrément qui nous est tombé dessus n’a en rien gâché cette belle soirée.

Merci au Phénix pour le spectacle.

Tag(s) : #Chronique Spectacles

Partager cet article

Repost 0