Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DUNKERQUE, un film qui laisse sans voix.

1940, l'armée anglaise débarqué en France subit une véritable débâcle et doit se replier sur les plages de Dunkerque en attendant une évacuation providentielle alors que les troupes françaises vont faire barrage aux Allemands.

Le film nous invite à suivre 3 groupes :

D'une part, pendant toute une semaine, la tentative de quelques soldats dont Tommy (Fionn Whitehead), pour fuir cette plage qui promet de devenir un Enfer en embarquant à tout prix sur quelque bateau que ce soit.

 

Dunkerque, Tommy sur la plage

 

Deuxième, durant une journée entière, les navires privés réquisitionnés qui tentent de venir évacuer les marins. Parmi eux, Mr Dawson (Mark Rylance) et son fils Peter (Tom Glynn-Carney).

 

Peter Dawson

 

Enfin, sur une durée d'une heure, trois aviateurs de l'armée anglaise dont Farrier (Tom Hardy) qui viennent protéger l'évacuation.

 

Tom Hardy

 

Waouh ! On savait déjà que monsieur Christopher Nolan était un réalisateur hors-pair. n'a-t-il,pas à son actif Memento, Batman (Begins, Dark Knight et Rises) ou Inception pour ne parler que des plus notables ? Dunkerque ne fait que confirmer au centuple son talent.

Comme vous avez pu le voir - et il nous l'indique bien, même si on ne le comprend pas tout de suite - Nolan s'attaque à trois récits convergents en un point donné mais d'une durée inégale. Le temps s'écoule différemment pour chacun d'entre eux, et certains nous verrons certains moments qui se déroule chronologiquement après avant et des actions sous deux ou trois points de vus. pas toujours simple, mais Nolan arrive à être suffisamment clair et l'on s'y retrouve bien.

 

Dunkerque

 

A ce titre le montage est juste parfait. Impeccable aussi pour ce qui est de faire monter la tension en juxtaposant des scènes qui se répondent comme celles où les fantassins sont dans la cale du bateau et où un avion coule peu à peu.

La pression est là, constante. Par l'histoire, le montage, mais aussi la bande son créé par le prodigieux Hans Zimmer. Rythmique, saccadée telles des pulsations cardiaques qui s'intensifie. Un leitmotiv entêtant qui vous prend au tripes et vous embarque dans le suspens.

 

Dunkerque massacre

 

Autre point fort, le peu de dialogues qui laisse la place aux images, aux sensations, aux expressions des acteurs, à la peur et à l'angoisse. Là aussi la mise en scène créait le film.

Notons les jeux d'acteurs puissants et des personnages forts et très humains avec leurs faiblesses, leurs doutes et leur courage.

 

Cillian Murphy
Cillian Murphy, rescapé en état de choc

 

Si certains reprochent au film de ne pas parler des Français qui se sont sacrifiés pour donner du temps aux Anglais (Churchill ne pouvait se permettre de perdre tant d'hommes pour la suite du conflit), je répondrai que ce n'est pas le propos du film; ce qui ne retire rien à ces soldats. Pour ma part j'ai découvert un épisode de l'histoire que j'ignorai.

On peut aussi trouver que les "héros" de l'histoire cumule les galères... c'est le propre d'un personnage de film. Non ? 

 

James Darcy & Kenneth Branagh
James Darcy & Kenneth Branagh

 

Le film ne m'a pas lâché une seconde; je ne peux donc que vous le conseiller vivement.

DUNKERQUE, un film qui laisse sans voix.
Tag(s) : #Chronique Cinéma

Partager cet article

Repost 0