Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ANTHO-NOIRE pour NUITS DE SABBAT

Tous les ans le festival des LItahniennes qui se déroule à Varzy publie une ou deux anthologies à partir de nouvelles sélectionnées parmi toutes celles reçues suite à un appel à texte. Cette année, le thème était la sorcellerie et les sorcières. Je vous ai déjà parlé dAntho Noire pour Nuits Ensorcelées destiné à la jeunesse et dans laquelle vous retrouverez un de mes récits ; aujourd’hui je m’attaque à Antho Noire pour Nuits de Sabbat, récits pour les adultes et les jeunes adultes.

 

Petite revue des différentes nouvelles.

 

La sève humaine de Patricia Philippe Company.

            On commence en douceur - si je puis dire - avec des sœurs et un aller-retour entre 1221 à Montségur et 2011. Un cycle de répétitions pour le bonheur et la puissance de cette sororité, mais pour le malheur les hommes qui croiseront leur route.

 

Un mauvais coup du sort de Christophe Dolhent.

            Une nouvelle qui fait écho à la première et qui navigue sur un principe identique. Là aussi mieux vaut ne pas croiser cette sororité et leur reine, la redoutable Beth. Un texte qui monte crescendo, presque jusqu’à l’orgasme.

 

Les écorchés de la sorcière de Charlie Joan.

            Les amours tragiques de Nara et Alphonse sous fond de victimes et de loups, un peu à la « loup garou » pour ceux qui connaissent le jeu. Écriture agréable et récit en mode vieux conteurs font de cette nouvelle un récit intéressant.

 

J’ai perdu la tête de Christophe Trefeu.

            En cette année 1808, le métier de bourreau voit ses effectifs drastiquement réduits, mais il est proposé au narrateur d’échapper à cette compression de personnel s’il accepte de brûler une sorcière. Bien que compatissant, notre bourreau n’a guère d’autre choix d’accepter… Nous sommes là au cœur de l’Antho et c’est clairement un de mes textes préférés, riche de bonnes surprises, mais aussi d’effroi.

 

Et pourquoi pas Jack ? de Marie Maillard.

            Une autre nouvelle qui m’a séduite, avec cette plongée dans le Whitechapel de 1888 sous influence d’un triste éventreur de renom. Mais il n’était pas le seul prédateur de cette époque comme va le découvrir James en 2016.

 

Memories of a virgin de Patrick Godard.

            Un récit caustique qui nous plonge dans l’histoire et une fois encore dans l’histoire d’une sorcière à la longévité exceptionnelle. Nouvelle amusante, d’une écriture où la gouaille du personnage principal participe au show. Presque une histoire d’Amour !

 

La Louve de Khalil Chawan.

            Nous plongeons plus loin, avec ce récit palpitant, jusqu’à l’époque romaine où les sorcières étaient visiblement surnommés stryges. Un officier romain va se retrouver mêlé à une machination politique des plus sulfureuses. Un texte riche d’un auteur qui connaît visiblement son sujet (la Rome antique). Belle histoire qui aurait mérité un petit lexique du monde romain.

La druidesse de Cédé.

            Autre temps, mais pas autres mœurs pour ce récit qui conclue à merveille l’anthologie. Nous sommes en 1942, la France est occupée et le IIIe Reich part à la quête d’objets mystiques pour dominer le monde. Sous la menace, Alcide Saint-Cast se voit obligé de partir en quête d’une de ses reliques. Un échec l’enverrait à la mort, mais une réussite pourrait être bien pire.

 

 

            Voilà 8 textes qui nous font voyager dans le temps à la découverte de sorcières sans scrupules. Des récits émaillés de sang, d’horreur et de satanisme, mais aussi de panémurgisme obligé. La plupart d’entre eux m’ont séduit, certains m’ont vraiment emporté. Une bonne mouture pour frissonner sous les griffes de ces femmes cruelles.

 

           

ANTHO-NOIRE pour NUITS DE SABBAT
Tag(s) : #Chronique Littérature
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :