Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

JUSTICE LEAGUE, juste parfait !

L’excellent Batman vs Superman avait laissé un monde en deuil. Même Bruce Wayne (Ben Affleck) avait été affecté par la mort de Superman (Henry Cavill) considérant celui-ci comme une figure positive ; un espoir pour tous. Plus encore, une vision de l’avenir lui avait montré une menace d’envergure. Face à celle-ci, aussi bien lui que Diana Prince (Gal Gadot) considéraient qu’ils devaient recruter de nouveaux surhommes pour lutter.

 

Mort de Superman

 

Quand le film commence, nous sommes quelques semaines, quelques mois tout au plus après la mort de Superman. Le monde est toujours sous le choc, la délinquance et l’intolérance règnent alors que le désespoir submerge tout le monde. Alors que Batman et Wonder Woman s’attellent à identifier et persuader les 4 surhommes que Lex Luthor (Jesse Eisenberg) avait repérés, Steppenwolf revient sur Terre pour prendre sa revanche, aidé de ses hordes de Paradémons se nourrissant de la peur. Il cherche à réunir les 3 boîtes mères qu’il avait jadis dû laisser sur place afin de conquérir et ravager la planète.
 

 

Waouh ! Autant le dire tout de suite, j’attendais ce film avec impatience, mais aussi l’angoisse d’être déçu. Mes peurs se sont envolées dès les premières minutes et le film m’a réjouis du début jusqu’à la fin, même jusqu’à l’après-générique. Je suis sorti de ma séance de 2h ravi, dans un état d’excitation surprenant (j’ai même pu m’empêcher d’hurler ma joie à un moment du film), j’avais la pêche et la banane ! (idem pour ma cadette de 15 ans, les autres membres de la famille ayant tout autant appréciés). Pour moi, il n’y a juste rien à jeter dans ce film (là je suis peut-être encore sous l’effet ébloui 4 jours après).

L’univers DC reste sombre, même du côté de Métropolis, d’autant plus que Superman est mort. Même Lois Lane (Amy Adams) est désœuvrée. L’introduction donne le ton, marquant le désespoir ambiant. Très belle entrée en matière. La lumière viendra, mais non sans mal.

 

Lois Lane

 

De nombreuses scènes sont remarquables dans ce film et parfaitement mise en scène par un Zack Snyder au top. Précises, didactiques et à l’enchaînement idéal entre découvert des personnages, introspections et actions. Le combat final est superbe, éloigné d’un affrontement à grande échelle et combinant les actions des héros dans une entraide heureuse. Autre moment superbe, le flash-back sur la première venue de Steppenwolf sur Terre avec de rapides aperçus de Dieux et d’autres héros de vert vêtus (qui sont les grands absents de cette version de la Ligue de Justice avec Superman) ; un petit côté Seigneur des Anneaux. Enfin il y a une scène carrément jubilatoire (celle où j’ai crié) qui, pour moi qui avait essayé d’éviter tout spoil, m’a fait décoller de plaisir.

 

Un passé héroïque

 

Un petit tour des personnages à présent.

 

Batman

 

Batman reste dans la continuité de Batman vs Superman avec son costume gris aux courtes oreilles. Un Bruce Wayne vieillissant (qui fera d’ailleurs un clin d’œil à sa jeunesse de l’époque de Tim Burton), tacticien, prêt-à se sacrifié, mais mettant ses espoirs dans le symbole que représentait Superman et à travers cela dans l’équipe qu’il constitue et dont il est la tête.

 

Alfred

 

J’ai toujours un peu de mal avec l’orientation choisie pour Alfred (Jeremy Irons) plus baroudeur américain que majordome anglais (même s’il a fait partie de l’armée et des services secrets dans sa jeunesse). Toutefois je dois admettre qu’il fait un aide de camp tout à fait crédible pour Batman.

 

Comissaire Gordon et Wonder Woman

 

Gal Cadot, comme je l’ai déjà dit incarne parfaitement Wonder Woman, dans le corps et l’esprit. Son échange de points de vue avec Batman dans le film met en exergue leurs différences, leurs similitudes, leur respect respectif et une certaine forme de complicité. Elle est le cœur de l’équipe.

 

 

Aquaman (Jason Momoa) m’avait vraiment effrayé dans la bande-annonce, même si le personnage a eu cette incarnation un peu rustre dans les comics. Dans le film, il est juste à sa place, même si lui-même ne sait pas vraiment où elle se trouve. Carrure plus qu’impressionnante, c’est le bad-boy de l’équipe agrémenté d’une bande-son hard rock qui lui convient à merveille.

 

 

J’avais aussi quelques doutes sur Cyborg (Ray Fisher). Ces doutes se sont effacés avec le film. Justement incarné par Ray Fisher, cette version se rapproche plus du Victor Stone originel des Titans (1984 environ) pour ce qui est du caractère et de sa difficulté à vivre avec ce qu’il est devenu. Ses pouvoirs et son origine le ramènent du côté du Cyborg que l’on trouve actuellement dans les comics, membre fondateur de la Justice League (version rebirth). Sa relation naissante avec Barry Allen, me fait penser à celle qu’il pouvait avoir avec Changelin. C’est le génie de l’équipe.

 

Flash

 

Justement Flash (Ezra Miller) est lui aussi légèrement revu comme les deux précédents. Plus jeune, il ne fait pas encore partie de la police. Avec la mort de sa mère et l’emprisonnement de son père lorsqu’il avait 9 ans, il a été ballotté sans jamais trouver sa place dans une société trop lente pour lui. Introverti affirmant posséder de nombreuses phobies, il n’a pas le désir de combattre même s’il s’est fabriqué une armure. C’est celui qui apporte le plus d’humour dans le film par sa candeur face à tout ce qu’il découvre presque de manière enfantine. Personnellement j’ai adhéré au personnage suffisamment différent du Flash de la série télé pour ne pas chercher à faire de comparaison. Mon épouse a eu plus de mal autant sur son costume que sur l’acteur qu’elle associe irrémédiablement à l’horrible Kevin qu’il incarnât dans We need to talk about Kevin.

Quant à Superman, même mort, son esprit reste présent. L’espoir et la bonté qu’il incarne inspirent la Justice League et donc le film.

Steppenwolf en images de synthèse est un méchant basique et vindicatif, loin du retors Luthor, mais ça le fait, même si parfois son animation n’est pas au top. Sa puissance suffit face aux membres de la Justice League. Les Paradémons présents n’envahissent pas le film quant à Darkseid, ce sera peut-être pour une autre fois (ou pas).

 

Steppenwolf

 

La bande-son rythme le film avec ses thèmes associés aux personnages. Celui de Wonder Woman est juste génial (il a même été quelque peu copié dans le dernier Thor), et je l’ai déjà dit celui d’Aquaman déchire. Nous avons même le droit à quelques notes du Superman. Quant au générique de fin, le Come Together est la conclusion qui s’impose.

 

 

Puisque nous en sommes au générique, deux bonus vous y attendent. Un qui est un clin d’œil à une grande question que se posent les fans de DC depuis toujours (et qui a donné déjà lieu à au moins deux albums dans le passé). Et si vous avez la patience d’attendre la toute fin, vous aurez le droit à un aperçu de ce que devrait être Justice League 2, loin des conflits cosmiques. Bref un générique à la Marvel.

 

Parlons-en de Marvel et l’inévitable comparaison.

Je craignais une redite des Avengers (le un) avec une invasion extraterrestre. Certes nous sommes dans le thème, mais bien loin d’une destruction massive de New York. Le traitement est tout autre, plus proche des personnages et moins clinquant. L’univers est plus sombre, je l’ai dit au début de ma chronique. Si nous avons le droit à quelques touches d’humour, nous sommes loin – et heureusement – du parti pris de Marvel dans ce domaine qui cherche à rallier un large public. DC est moins consensuel avec ses films plus réfléchis, ses personnages plus torturés et sa mise en scène plus travaillée. Justice League cible un public plus exigeant. Du divertissement certes, mais en restant dans le 7ème art.

 

Justice League

 

Le film est donc époustouflant, le scénario reste dans la simplicité et s’enrichit de personnages travaillés ainsi que d’actions intenses, contrôlées et suffisantes. Mon avis est donc très éloigné des critiques presses (qui n’y connaissent sans doute rien en SH) et ma note bien que haute reste insuffisante à mon goût. Selon moi, Justice League est le meilleur film de superhéros à ce jour devançant même Batman vs Superman ou les Batman de Nolan. Spiderman Homecoming, Logan le premier Avengers ou le premier Gardien de la Galaxie viennent ensuite avant quelques autres ; Deadpool étant bien entendu en queue de liste (ce qui devrait lui convenir).

 

Jubilatoire, à ne rater sous aucun prétexte (sauf si vous détester les films de superhéros) !

JUSTICE LEAGUE, juste parfait !
Tag(s) : #Chronique Cinéma, #DC
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :