Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La femme aux CARTES POSTALES

Nous sommes en 1957 et Rose, beau brin de voix descend à Montréal pour y retrouver un ami d’enfance Roméo (dit Lefty) afin de se lancer dans le musical et plus spécifiquement dans le jazz. Avec McPhee, il forme un trio qui espère le succès.

En 2002 Victor Weiss, né sous X, découvre sa véritable identité et commence une quête de ses origines qui le mènera jusqu’en Gaspésie et un terrible secret de famille.

 

La femme aux cartes postales
Club de Jazz

 

La femme aux Cartes Postales aux éditions de La Pastèque est une BD en noir et blanc entre rétro et réaliste.

Je ne dévoilerai rien en indiquant que l’histoire de Rose et celle de Victor sont liées, le comment étant la question que vont résoudre Jean-Paul Eid et Claude Paiement en pas moins de 220 pages.

Les sentiments sont de la partie, mais aussi l’épopée d’une époque où les clubs de jazz dépérissent face au Rock’n’roll montant. Les magouilles mafieuses et la drogue s’invitent aussi dans cette histoire presque ordinaire.

Pourtant pas grand fan des BD en noir et blanc, je dois avouer que le dessin de C. Paiement accroche son lecteur. Le trait est réaliste et ses personnages sont expressifs.

 

La femme aux cartes postales
Montréal hivers 1957

 

L’histoire prend son temps, doucement, parfois un peu trop à mon goût, avec une intrigue qui ne s’impose pas (ou pas assez) et ne se dessine quand filigrane. Toutefois l’histoire prend tout son sens à la fin, lors de la révélation du secret de famille. C’est cette conclusion qui rehausse le plaisir que j’ai pris à la lecture de ce récit aux accents agréablement québécois.

La femme aux CARTES POSTALES
Tag(s) : #BD
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :