Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le CRIME de l'ORIENT-EXPRESS. Entrée en gare réussie.

Afin de répondre à une urgence, Hercule Poirot (Kenneth Branagh), détective célèbre (à plus d’un titre) embarque, impromptu à bord de l’Orient-Express, heureux de ces quelques jours de répits. Cependant le meurtre d’un des passagers qui peu avant lui avait demandé sa protection (et qu’il avait refusé) va chambouler son voyage. Coincé par des intempéries, pressé par son ami en charge du train, il décide de mener l’enquête afin de confondre le coupable avant l’arrivée en gare.

 

Le Crime de L'oreint Express 1974

L’histoire est légendaire et pour beaucoup d’entre nous l’assassin nous est déjà connu. En effet le film scénarisé par Michael Green et mis en scène par Kenneth Branagh est tiré du roman éponyme de la grande écrivaine que fut Agatha Christie (1890-1976). Elle est la romancière la plus traduite et la plus vendue au monde avec des figures entrée dans la légende telle Hercule Poirot ou Miss Marple. Avec quelques autres, le crime de l’Orient-Express (publié en 1934) est devenu un classique du genre, un incontournable de la littérature, même si je dois avouer ne plus me souvenir des détails.

Bref pas ou peu de surprise sur l’enquête d’autant que le roman avait déjà été admirablement adapté en 1974 par Sidney Lumet avec un casting de rêve dont Laurens Bacall, Sean Connery, Anthony Perkins, Ingrid Bergman, Michael York, Jacqueline Bisset ou notre francophone Jean-Pierre Cassel.

 

Le casting de cette nouvelle version, 43 ans plus tard (ce qui ne me rajeunit pas), n’a rien à envier au florilège suscité :

 

Le crime de l'orient express Casting

 

Un Johnny Depp (Edward Ratchet) en un mafieux à la sale gueule (que ma cadette trouve tout de même trop beau).

Un Derek Jacobi (Edward Masterman) en majordome vieillissant dont la tête-à-tête avec Poirot réunit ainsi deux grands détectives (puisqu’il fut aussi Cadfael).

Une Julie Dentch (Princesse Natalia Dragomiroff) excellente comme à son habitude en noble froide et arrogante.

J’ai aussi découvert Leslie Odom Jr. (Docteur Arbuthnot) que je ne connaissais pas, en scientifique rigoureux et amoureux secret.

Willem Dafoe (Gerhard Hardman) avec la gueule de l’emploi qui, hélas, comme l’ensemble des brillants acteurs de ce film n’a qu’un temps de présence et de parole très réduit sur ce tournage.

Attendue pour ma part dans un autre film que j’ai hâte de voir, Daisy Ridley est méconnaissable en Mary Debenham, bien loin de son jeu plus fade de Rey dans le réveil de la force (toujours pas vu la suite donc). Avec ce rôle, elle assoit très sûrement son potentiel d’actrice, s’assurant un avenir au-delà de la Force (ce qui n’est pas toujours simple).

Autre actrice magistrale : Michelle Pfeiffer (Caroline Hubbard) qui, elle, n’a plus rien à prouver et le démontre une fois encore.

Hormis quelques autres tout aussi bons, il nous reste Kenneth Branagh qui reprend le rôle de Poirot. Il est bon, c’est certain, tout en logique, en rigueur, ne supportant que la symétrie, affublé d’une magnifique moustache, mais aussi doté d’un certain flegme très british. En effet, il faut bien le dire, si son Hercule ne rappelait pas au début du film qu’il est Belge, nous le penserions Anglais, bien loin de l’interprétation plus ronde d’Albert Finney dans la première version avec sa fine moustache. Une dérive du personnage sans doute légèrement regrettable, mais tout à fait acceptable.

 

Hercule Poirot / Kenneth Branagh

 

Si le film nous conduit parfaitement là où il veut, à un rythme posé, j’aurai aimé qu’il prenne un peu plus de temps dans les tête-à-tête et les alibis des uns et des autres démontant leur culpabilité potentielle. De même, une fois l’affaire résolue, un flash-back plus détaillé reprenant chaque élément du meurtre aurait été bienvenu même si notre intellect est apte à remettre seul toutes les pièces en place.

 

La scène de la confrontation finale - que l’on pourrait écrire Cène tant le parti pris est évident – est forte et la question de la juste justice doublement posée.

 

Une très belle adaptation à voir que l’on connaisse ou non l’histoire.

Le CRIME de l'ORIENT-EXPRESS. Entrée en gare réussie.
Tag(s) : #Chronique Cinéma
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :