Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

GASTON LAGAFFE, le film.

Gaston Lagaffe (Théo Fernandez) est stagiaire au Peticoin, startup qui recycle les objets ratés en objets utiles. Cette petite entreprise qui marche attire la convoitise de Monsieur de Mesmaker (Jérôme Commandeur) et l’accord du patron du Peticoin pour vendre l'entreprise. Reste à signer les contrats, tâche ardue avec un roi des catastrophes dans les locaux.

 

Gaston Lagaffe le film

 

Il est toujours difficile de transformer une Bande Dessinée (qui plus est humoristique) en film. Le casse-tête est d’autant plus grand que les albums de Gaston Lagaffe regroupent une série de gags (1 par page) et non une histoire (né en 1957 dans le journal de Spirou). Avec l’aval des ayants-droits, Pierre-François Martin-Laval s’y est risqué et le résultat obtenu tout en étant sympathique ne vaut pas les BD. Paul Boujenah avait déjà tenté le coup en 1981 (sans l’accord de la famille Franquin) sans  plus de réussite (avec Daniel Prevost en Prunelle tout de même).

 

Gaston Lagaffe, Prunelle et les autres

 

Même si les gags s‘enchaînent, Le film de PEF manque globalement de tonus et de rythme. Le personnage de Prunelle (PF Martin-Laval) prend trop de place, et pour le coup, le jeu dépressif et gentil de Marin-Laval ne lui convient absolument pas. La répétition des situations où il se voit désolé et se retient de ne pas virer Lagaffe devient lassante. Autre ratage, si ce n’est du casting, en tout cas de la direction de certains acteurs. c’est Arnaud Ducruet qui incarne un agent Longtarin plus stupide que teigneux. Là aussi, le comique de répétition montre ses limites.

 

Lagaffe et Longtarin
Lagaffe et Longtarin

 

Le film a tout de même quelques bons points :

avoir déplacé le lieu de l'action du journal de Spirou au Peticoin, avoir apporté un semblant de fils rouge à l’ensemble ou mettre en avant le côté altruiste, social et bon de Lagaffe.

A cela, il faut ajouter un casting qui colle bien aux personnages (pour la plupart) avec quelques best tel Bertrand Labevue incarné par Esteban qui est juste fantastique. Ne boudons pas non plus Théo Fernandez (vu aussi dans les Tuche) qui correspond autant que possible au Lagaffe de la BD en un peu plus jeune. Son jeu est juste, en adéquation avec la « mollesse » et l’insouciance d’un personnage qui navigue dans son propre monde, tel un rescapé des Beatnik non conformiste. Autre personnage truculent, celui de Mademoiselle Kiglouss incarné par Sylvie Laguna qui à elle seule vaut le détour avec ses allures de volaille.

 

De Mesmaker Kiglouss
Monsieur De Mesmaker et sa secrétaire madame Kiglouss

 

Bien entendu les gags tirés de la BD se retrouvent à foison, entre la porte ressort, la chaudière écolo ou le livre repas, sans oublier le chat, la mouette et 1 cactus et toutes les inventions délirantes de Lagaffe tel son Gaffophone.

Notons à ce propos, un final musical plutôt sympa.

 

Gaffophone
Gaffophone

 

Donc oui, même si l’adaptation manque d’allant, on rit et on s’amuse, peut-être moins qu’espéré, mais peut-on faire beaucoup mieux pour une telle adaptation ? pas sûr.

 

 

GASTON LAGAFFE, le film.
Tag(s) : #Chronique Cinéma
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :