Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LES INDESTRUCTIBLES 2, entre rire et action.

Alors que la World Company Disney vient de racheter La Fox, récupérant ainsi dans son giron les droits cinématiques des Quatre Fantastiques (Marvel), le deuxième Opus de Indestructibles (Disney / Pixar) est sur nos écrans pour notre plus grand plaisir.

 

Indestructibles 2

 

Si 14 ans se sont écoulés depuis le premier (et unique) film d’animation cinéma de la franchise, seules quelques semaines espace cette nouvelle histoire de la première. Les Supers sont toujours interdits et les Indestructibles ignorent toujours que Jack-Jack à des pouvoirs. Devenu hors-la-loi (à l’instar de Ant-Man !), ils vivent chichement. Une situation qui ne peut pas durer d’autant que leur dernier appui s’envole (au sens figuré). Ils vont devoir ranger les costumes et Bob (M. Indestructible) va devoir retrouver un travail.

Mais la providence se profile sous les traits d’un philanthrope et de sa sœur. Winston et Evelyn désirent redorer l’image des Supers afin de faire abroger la loi qui les interdit… Un projet que pourrait contrecarrer l’Hypnotiseur.

 

Hypnotiseur

 

Visiblement Brad Bird a pris plaisir à scénariser et réaliser ce nouvel épisode des Indestructibles, tout autant que pour le un. Le challenge est réussi puisque ce 2 est tout aussi réussi que le un.

 

Elastigirl

 

N’en déplaise aux machos, c’est Elastigirl qui est mise sur le devant de la scène. Le film ne dissimule en rien un propos féministe soft et renvoie Bob aux fourneaux et autres tâches familiales où il n’est pas aussi « Incridible » que son nom en VO le laisse entendre. Il galère donc avec les devoirs de Fléche toujours aussi impétueux, les histoires de cœur de Violette qui a laissé tomber sa timidité, mais surtout avec Jack-Jack et ses pouvoirs incontrôlables. Une situation qui est source d’humour avec de réels références à la vrai vie de parents. Un bébé hilarante et adooooorable. J'ai particulièrement apprécié la scène avec la raton laveur... Hilarant.

 

Jack-Jack

 

Si la comédie participe grandement à la réussite du film, nous retrouvons de nombreux éléments de l’univers des héros. Poursuites, actions, affrontements, pouvoirs, suspens et même tensions sont parfaitement dosés. L’Hypnotiseur mène son jeu. Son discours sur notre passivité et notre conditionnement est d’ailleurs loin d’être idiot (à bien écouter en arrière-plan d’une poursuite) ; un pamphlet à notre société.

 

Frozone

 

J’ai aussi apprécié de retrouver Frozone dont j’aime le pouvoir à la Iceberg (Disney a aussi récupéré les droits sur les X-Men), ainsi que la truculente Edna Mode doublée à merveille par Amanda Lear en français (par Brad Bird lui-même en VO).

 

FF 1

Comme je l’ai sous-entendu en introduction, les Indestructibles dérivent directement des quatre fantastiques. D’évidence pour  3 d’entre eux : Elastigirl = M. fantastique (avec le caractère moderne de Mme), M. Indestructible = la Chose, Violette = L’invisible seul Flèche se démarque même s’il a le caractère de la Torche, Même Jack-Jack de par sa puissance incontrôlé peut faire penser à Franklin (fis de l’invisible et de M ; Fantastique). Comme les FF qui furent la première famille de super-héros, les Indestructibles en sont une et il y en a peu dans le monde des héros (Les inhumains et le notable Clan Destine).

La séquence d’introduction rend d’ailleurs hommage au premier épisode des 4F paru le 1 novembre 1961 ou ils affrontaient l’homme-taupe et ses monstres.

 

Un film qui peut plaire à toute la famille.

LES INDESTRUCTIBLES 2, entre rire et action.
Tag(s) : #Chronique Cinéma, #Marvel
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :