Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

AQUAMAN, du muscle et de l'eau.

Arthur Curry (Jason Momoa) est né d’un père gardien de phare Tom Curry (Temuera Morrison) et d’une reine atlante Atlanna (Nicole Kidman) fuyant un mariage forcé sans amour. Bien sûr, alors que son fils n’a que 2 ou 3 ans, Atlanna se verra contrainte de retourner ne Atlantis afin de protéger son époux et son fils de la fureur de son roi.

 

Arthur Curry
Arthur Curry

 

Devenu adulte et puissant, Arthur n’a que faire de l’Atlantis qui l’a privé d’une mère aimante et même après avoir vaincu Steppenwolf en compagnie d’autres héros (dans l’excellent film Justice League), il ne se dit pas l’âme d’un héros. Quoiqu’il en dise il va à la rescousse d’un sous-marin attaqué par des pirates et se fera de David Kane (Yahya Abdul-Mateen II) un ennemi mortel.

Quand son demi-frère atlante Om (Patrick Wilson) décide d’unir les peuples atlantes pour lever une guerre contre les terrestres, Mera de Xebel (Amber Heard) vient demander l’aide d’Arthur, héritier légitime du trône, aide qu’il refuse de lui apporter dans un premier temps jusqu’à ce que…

 

Mera
Mera

 

Même quelques jours après avoir vu l’excellentissime Spider-Man : New Generation, ne boudons pas notre plaisir, Aquaman est un film réussi. Quoiqu’en pensent les détracteurs de DC, je ne me départis pas sur mon opinion de la qualité de leurs films.

Sans être ni un expert ni un grand fan de ce personnage de DC, il me semble que le film est en parfaite cohérence avec l’esprit de sa version DC et le large univers des profondeurs marins et atlantes. J’ai particulièrement apprécié la découverte, même parfois succincte, de l’origine des atlantes aquatiques et des différentes ethnies qui les composent désormais. Certaines sont traditionnelles, d’autres réellement effrayantes. L’intelligence de ces mondes ou de leurs armes (en particulier dans le vaste combat final) créé un foisonnement et une richesse permettant de créer un véritable monde diversifié.

 

 

Au passage, les décors marins sont beaux et les fluorescences mises en avant n’ont rien de kitch. L’ensemble des créatures est très bien rendu.

 

 

Côté bande-son (de Rupert Gregson-Williams), elle ne m’a pas globalement choquée, même si à de rares moments, elle est quelque peu incongrue. Cependant une partie de ma famille l’a trouvé trop varié, sans thème principal ou récurrent.

 

Le scénario est certes quelque peu convenu, en tout cas dans sa partie quête du trident mythique, un peu à la Indiana Jones ou Lara Croft, allant d’un indice à un autre jusqu’au point final. Néanmoins il n’hésite pas à montrer un Arthur Curry ambivalent, entre le héros qu’il peut être et l’intransigeant qui ne se soucis pas toujours des dégâts collatéraux. Dans la bataille finale, il ne fait aucune différence entre les deux armées mises en jeu.

Un point très intéressant dans l’histoire est le traitement du métissage d’Arthur : à la fois la difficulté de se créer une identité, mais aussi de trouver sa place dans cette double ascendance culturelle. Un sujet fort, traité en contrepoint constant de l’aventure, avec la mise en avant que cela puisse aussi être une force et un lien entre deux communautés.

Certaines scènes sont un peu gnian-gnian, en particulier le passage en Sicile (avant l’action) que l’on pourrait croire toute droite sortie du film Mama-Mia, ainsi que quelques scènes entre Tom et Atlanna, mais au global ça se tient avec de l’humour, mais juste ce qui faut.

 

Aquaman vs Om

 

Bien entendu le film est riche en action et en combats, mixant toujours (comme les autres DC), ralentis et vitesse normale, ce qui fiat mon bonheur, car les combats deviennent à la fois compréhensibles et percutants. Notons la différence de style entre la puissance brute d’Aquaman et la dextérité et souplesse élégante de Mera qui se révèle être une guerrière sur qui compter. Par rapport au comics, je trouve que Black Manta gagne en puissance et en crédibilité lorsqu’il revêt son armure.

 

Aquaman
Aquaman

 

Jason Momoa est parfait dans son rôle et lorsqu’il revêt pour la première fois son costume d’Aquaman, il se métamorphose réellement en roi potentiel au fort charisme. Ses alters jeunes, en particulier Kekoa Kekumano (Aquaman à 16 ans) sont en adéquation avec le personnage. Patrick Wilson et Mera tiennent leurs rôles. Je suis plus mitigé sur Nicole Kidman que l’on a connue plus performante ou Willem Dafoe (Vulko), pourtant excellent acteur, qui incarne un personnage bien trop effacé pour lui – erreur de casting. Par contre, Yahya Abdul-Mateen II, lorsqu’il sort de sa carapace de Black Manta est juste mauvais.

 

Black Manta
Black Manta

 

Au total, Aquaman de James Wan est un bon film de super-héros qui, justement, met de côté l’aspect super-héros pour se consacrer au personnage et à son devoir royal, mais aussi à sa dualité et à la simplicité et l’humanité qui se cache derrière sa grande puissance physique (partagée avec les atlantes).

 

 

AQUAMAN, du muscle et de l'eau.

Vous aimez mes chroniques, alors abonnez-vous !

Tag(s) : #Chronique Cinéma, #DC
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :