Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

GILETS JAUNES : si nous laissions la place à la démocratie ?

Me revoilà sur le sujet des Gilets Jaunes.

 

Faut-il s’étendre sur les casseurs ? Lorsque l’on voit les dégâts sur les rues proches des Champs-Elysées, on pourrait penser que oui. Toutefois, nous sommes tous d’accord pour considérer ces gens plus bas que des animaux qui font ressortir la barbarie heureusement tapie au fond de la majorité d’entre nous par notre code moral et notre humanité. Qu’ils soient sanctionnés est pure légitimité.

 

 

Ceux-ci étant dit, passons au vrai sujet : la suite que les Gilets Jaunes semblent vouloir donner au mouvement… Poursuivre les manifestations !

 

Là, je dois dire que j’ai du mal à suivre. Outre le fait même que cette nouvelle action va nuire au Téléthon et aux animaux (annulation du Noël des animaux à Paris qui permet beaucoup d’adoptions) et qu’elle continue à nuire aux commerces de proximité, pourquoi poursuivre alors que le gouvernement a enfin reculé ?

 

 

A ce qu’il me semble, la revendication première était la nouvelle augmentation des taxes sur l’essence. Exit celle-ci pour 2019, blocage des prix énergétique pour 6 mois et, surtout, mise en place d’une large concertation sur différents points dont la transition énergétique, les taxes au sens large (dont les impôts), les services dans le milieu rural et sous-tendant tous cela, le pouvoir d’achat.

C’est-à-dire que l’on passe dans une phase démocratique ouverte, dans laquelle, en théorie, tous les intervenants vont pouvoir faire des propositions, discuter et trouver un terrain d’entente qui tiennent compte des intérêts de chacun, mais aussi des capacités économiques du pays. Car, il faut le rappeler, donner de l’argent à tous (en diminuant les taxes), optimiser les services publics et entretenir les infrastructures nécessitent beaucoup d’argent alors que nous sommes déjà pas mal endetté. Il est donc impossible de prendre une décision sur un coup de tête sans en mesurer les conséquences à long terme. Sans même parler des choix écologiques alors que les émissions mondiales à effet de serre ont encore augmenter de 3%...

 

 

Poursuivre les manifestations (toujours aussi mal encadrées, justement par défaut d’organisation centralisée)  devient donc, à mon avis (Pour ce qu’il vaut), à nier un processus démocratique. Celui-ci consiste – je le rappelle – à ce qu’une majorité décide et vote une loi (ou un Président) applicable à tous, y compris à la minorité qui doit donc accepter (même en étant en désaccord) ce choix de la majorité des citoyens ou de leurs représentants qu’ils ont précédemment élus.

Le forcing a été fait, la discussion et la concertation sont ouverts, laissons-le temps à ceux-ci de donner des résultats.

 

Je suis d’autant plus contre ces nouvelles manifestations qu’elles font désormais le lit des Gilets Jaunes radicalisés (à ne pas confondre avec les casseurs) : des extrémistes aux revendications tout autre ou des personnes demeurant dans l’émotionnel qui ne prennent plus le temps de réfléchir.

 

 

Bref, désormais, tout cela relève plus d’un irrationnel dangereux. Ce d’autant plus que l’opposition très silencieuse au début souffle désormais sur les braises en critiquant l’insuffisance des mesures (mesures pour le pouvoir d’achat qu’elles n’ont pas prise dans les mandats précédents). Une inconséquence coupable de leur part de ne pas attendre et voir ce que les discussions autour des tables auxquelles ils sont conviés va donner.

 

Il serait temps que la rationalité face place à l’émotivité et que la démocratie reprenne ses droits face à ce qui fut une juste contestation.

 

 

Tag(s) : #Mon Avis (pour ce qu'il vaut)
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :