Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BATMAN 12 "la cité de Bane" : un incontournable.

L’album Batrman 12 : La cité de Bane conclut le long run de Tom King sur l’homme-chauve-souris et son alter ego Bruce Wayne.

 

J’ai toujours placé en haut de ma liste des scénaristes préférés Chris Claremont pour son passage exceptionnel sur les X-Men, avec un art maîtrisé de travailler sur le long court et de préparer sans le dire des événements futurs. Nostalgie oblige, Tom King ne passera pas devant, mais il se hisse sans mal à la seconde place de par son travail sur la série Batman.

 

Batman rebirth T11

 

Associé à l’album précédent (La chute et les déchus) ce douzième album ne l’ère Rebirth conclut à merveille son travail, mettant en scène le vilain particulièrement retord qu’est Bane, mais également le Batman issu de Flashpoint (une réalité où c’est Bruce qui fut tué dans l’allée et c’est son père qui a pris la cape). Une étrange association où l’on ne sait vraiment qui tire se sert de l’autre pour arriver à ces fins.

 

Batman Flashpoint
Batman Flashpoint

 

Avec ces deux tomes, l’un qui présente la chute de Batman, l’autre sa tentative de se relever, Tom Kings nous dévoile la trame qui unie l’ensemble des saynètes qu’il a imposées à Bruce jusqu’ici : son amour brisé avec Catwoman, la blessure grave de Richard Grayson (Nigthwing), les actes temporels de Booster Gold, son conflit avec Flash, ses combats, ses erreurs, ses échecs, ses emportements et ses cauchemars induits.

 

 

Si le run de Tom Kings fut parfois déroutant, d’un coup tout fait sens, sublimant l’ensemble et révolutionnant le personnage, sa psychologie future, son entourage et sans aucun doute son team up à venir. (si tant est que les prochains scénaristes ne s’amusent pas à tout remettre à zéro en un coup de crayon … même si cela arrivera un jour sans nul doute comme c’est toujours le cas dans les comics… sigh). L’homme sort enfin de l’ombre du héros. Un nouveau stade ? Un nouveau Batman ?

 

 

Bane se révèle une fois encore bien plus que la brute épaisse qu’il laisse voir. Si ce run « chute et relève face à Bane » n’est pas sans rappeler la structure globale de Knightfall lorsque Bane avait brisé l’univers de Batman et sa colonne vertébrale, il prend une ampleur plus moderne, plus sombre par moment et sans aucun doute plus psychologique. L’ajout des manigances et de la folie particulière du Batman de Flashpoint, père de Bruce est un plus incontestable.

 

Bane dans Knightfall
Bane dans Knightfall

 

Ajoutons que ce tome 12 s’adjoint des illustrateurs et des coloristes de talents au style varié, mais adapté à la situation. Le côté sombre, presque polar de Mikel Janin associé aux couleurs de Jordie Bellaire apporte une obscurité capitale à la tragédie qui se joue en arrière-plan. L’association Clay Mann / Seth Mann et Tomeu Morey pour la couleur convient à la clarté des épisodes mettant en scène Sélina Kyle et Bruce Wayne et à la sensualité de la dame. Tony S. Daniel est la touche super-héroïque des premiers épisodes avec Gotham Girl et Captain Atom, entre autres. Sans parler d’un de mes dessinateurs préférés : John Romita Jr. Qui avec son stylé hachuré vogue entre clarté et obscurité, héroïsme et violence.

 

Batman et Catwoman

 

Cette partie d’échecs qui se joue est, désormais et à mon sens, un incontournable de la légende de Batman.

Du grand DC (aux éditions Urban Comics en France)

BATMAN 12 "la cité de Bane" : un incontournable.
Tag(s) : #Comics, #DC
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :