Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

TOUT SIMPLEMENT NOIR, pas si simple.

Oubliez l’horrible affiche de « Tout simplement noir » qui à mon sens dessert grandement le film. Elle n’a rien à voir avec le propos du film et fait penser à une histoire rigolarde, à ras des pâquerettes, épuisant tous les clichés blancs sur les noirs ! presque gênant !!

Non, Tout simplement noir n’est rien de cela et bien plus qu’une comédie, c’est un état des lieux de la perception des noirs / des blacks et de leurS communautéS (j’insiste sur les S).

 

Fari : opportuniste ou réellement touché par la cause ?

 

Jean-Pascal Zadi, acteur, réalisateur et avant/aussi rappeur, se met en scène dans une fiction qui fleurte avec le reportage. Comme tous les autres acteurs présents, il porte son nom et joue son propre personnage, même si d’évidence les propos portés par certains relèvent de l’invention scénaristique (en tout cas je l’espère).

 

Au départ, le sujet est simple : JP Zadi veut organiser une manifestation réservée aux hommes noirs pour dénoncer leurs conditions et ce racisme à bas ou fort bruit dont ils sont victimes. Afin de rassembler, il décide d’aller chercher le soutien de stars noires. Hélas son personnage est un gaffeur apte à vexer ses interlocuteurs au moindre mot ; c’est là un des ressorts humoristiques du film.

D’entrée de jeu, il se met à dos la one-woman show Claudia Tagbo, ce qui donne le ton. Cela permet aussi d’évacuer tout de suite l’attention que le spectateur pourrait porter à la dentition de Zadi.

 

Mais derrière l’humour, la réflexion.

Très vite la question va être soulevée : comment se définit un homme noir ? Seulement le physique (et lequel ?) ? Le pays d’origine ? Pourquoi pas la religion ? Son vécu ? L’ensemble ?

 

Eric Judor est-il noir ?

 

Zadi soulève les questions sans y répondre directement, mais bel et bien implicitement. Comme tous les autres individus de notre planète, l’homme noir n’est pas un, mais bel et bien plusieurs et le réduire à une étiquette est idiot, voire raciste. D'ailleurs, la vraie question est doit-on chercher à définir ce qu’est un homme noir ? Rien que la question a un air d’absurde et de xénophobie (pléonasme).

Rassurez-vous les femmes noires ne seront pas oublier et tacleront bien bas Zadi et sa marche réservée aux hommes noirs.

Là encore, Zadi use de stéréotypes, pire, de caricatures, mais pas pour en jouer, à peine pour en tirer de l’humour, mais bel et bien pour mieux démonter ces idées reçues quelques plans plus loin.

 

Mathieu Kassovitz : un des acteurs qui acceptent de se mettre en danger avec ce rôle

 

Bien sûr, il ne peut éviter de parler de la condition d’acteur ethnique auquel on ne propose bien souvent que des rôles caricaturaux. Le racisme est plus qu’évoqué, y compris entre les différentes ethnies noires et au-delà - certains proos font froids dans le dos.

 

Une des séquences les plus glaçantes du film

 

Une comédie-fiction utile et touchante où notre perception évolue en même temps que celle de Zadi. Homme simple, presque un peu bébête, il apprend à chaque revers et s’enrichit peu à peu de compréhension.

TOUT SIMPLEMENT NOIR, pas si simple.

Un petit mot de plus :

Est-ce que vous courez un risque COVID quand vous allez au cinéma ?

Bien sûr, mais sans doute bien moins que quand vous allez faire vos courses ou au bar avec des copains, d’autant qu’il n’y a pas foule.

Les cinémas et les films ont besoin de spectateurs alors n’hésitez pas en respectant les gestes barrières.

Il y a peu de sorties, presque pas de fils américains et alors ? Nos films français sont très bien également !

Tag(s) : #Chronique Cinéma
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :