Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LE DISCOURS : ne passez pas à côté.

Voilà une comédie de retour au cinéma fort bien venue par ces temps où la morosité commence enfin à s’effilocher avec les masques qui s’envolent de nos facies.

Scénarisé et mise en scène par Laurent Tirard (Astérix et Obélix au service de sa majesté / le petit Nicolas entre autres), le discours touche juste, vous emportant dans le sourire et dans le rie de bout en bout, ne se limitant pas ce que vous trouverez dans les bandes annonces.

 

Le discours

 

L’histoire emmêle deux situations : d’une part l’inquiétude d’Adrien quant à la réponse à l’un de ses SMS à son amie Sonia (Sarah Giraudeau) qui a décidé d’un break il y a déjà un mois. D’autre part le fait que lors d’un repas de famille, Ludo (Kyan Khojandi) le gentil intello et le futur beau-frère d’Adrien demande discrètement à celui-ci de faire à discours en l’honneur de la sœur d’Adrien, alias Sophie (Julia Piaton). Le film se déroule donc quasiment qu’autour de ce repas, du stress d’Adrien quant à son SMS et ses projections d’un discours possible évoluant en fonction de ce qui ses émotions de l’instant présent.

 

 Nous avons donc droit à plusieurs discours, ce qui en soi pourrait justifier le s de ce singulier discours, tous aussi barrés les uns que les autres qui n’est pas sans nous rappeler quelques « grands » discours vécus lors de mariages ou autres évènements : sans intérêt, touchants, chiants, gênants, brillants, un peu trop longs un peu trop courts…

Le casting est parfait pour cette famille hétéroclite et au final peut-être pas aussi étrange que cela. Toujours un plaisir de retrouver l’excellence touchante de Guilaine Londez (la mère) ou le très gentil perdu Francis Morel (le père) avec une vraie crise de fou rire sur cette fameuse anecdote annoncée.

Du bon et encore du très bon dans l’humour qui ne se limite pas à une série de gags qui se suivent, mais plutôt à une atmosphère globale et identitaire qui prête à rire ajouté de grosses et bonnes séquences d’humour franc.

 

Le discours

 

Identitaire ? Quel drôle de mot ? Non pas et je m’explique.

D’une part, certaines situations rappelleront à la majorité des spectateurs des situations vécues ou des personnes de leur entourage. De quoi s’identifier à l’action du film.

D’autre part, il y a réellement une identité du film dans sa mise en scène et son jeu. Le personnage principal, Adrien, va régulièrement penser tout haut et s’adresser à nous, les spectateurs, le monde se figeant ou disparaissant autour de lui. Un véritable travail dans la mise en scène, le montage et le jeu. Un véritable plus sur lequel se fonde la force du film et une bonne part de l’humour. Techniquement, les plans accompagnent parfaitement le propos.

 

Le discours

 

Enfin et pas des moindres, même s’il est entouré d’un beau groupe d’acteurs et d’actrices, il faut bien avouer que Benjamin Lavernhe (Adrien) porte le film en grande partie sur ses épaules et qu’il est éblouissant de justesse dans ce rôle. (plus encore que dans les Cévennes).

 

Vous l’aurez compris, j’ai été emballé par ce film… L’humour vogue entre classique et déjanté, la mise en scène est top et les acteurs excellents… Et puis, ça fait vraiment du bien de rire !

Fortement conseillé.

LE DISCOURS : ne passez pas à côté.
Tag(s) : #Chronique Cinéma
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :