Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MEDECIN DE NUIT, un film empathique.

Après la comédie Familiale « Cruella », j’ai fait un grand écart avec le drame « Médecin de nuit ».

Mikael (Vincent Macaigne) est un homme en perdition. Médecin de nuit très impliqué, il passe beaucoup de temps avec ses patients, dont des drogués SDF. Son couple avec Sacha (Sarah Le Picard) s’en trouve fragilisé. Mais ce n’est pas son seul souci, car pour aider son cousin pharmacien Dimitri (Pio Marmai), il a accepté de trafiquer avec lui du Subutex.

 

Médecin de nuit

 

Nous suivons cet homme bon, s’inquiétant des autres, dans l’imbroglio qu’est devenue sa vie.

La dépression à fleur de peau est magistralement jouée par Vincent Macaigne. Le scénario nous conduit petit à petit à en découvrir plus sur la vie privée de Mikael, sur ses espoirs déçus, sur ses dilemmes et sur ce trafique dans lequel il n’aurait jamais dû s’engager. La marche est inéluctable, parsemée d’opportunités ratées et de pressions de plus en plus prégnantes.

 

Médecin de nuit : Pio Marmai

 

On est désorienté par l’attitude de Sofia (Sara Giraudeau), énervé par l’égoïsme prétentieux de Dimitri, touché par Mikael et emporté par le film.

Certaine scène sont frappantes de la sollicitude de Mikael, comme ce SDF aux mains si froide qu’il n’est pas possible de prendre sa tension, et parfois de celle des autres, comme cette patiente qui va jouer du piano. Deux des moments forts du film.

 

Médecin de Nuit : Sara Giraudeau

 

L’empathie du médecin et la misère de la rue sont également dans ce film.

Drame bien mené par Elie Wajeman, avec une montée en puissance que l’on voudrait retenir, « Médecin de nuit » vaut le détour si on ne craint pas de se plonger dans le désarroi d’un homme.

MEDECIN DE NUIT, un film empathique.
Tag(s) : #Chronique Littérature
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :