Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ROBIN & BATMAN, excellent point de vue.

Un coup de cœur pour cet album DC aux éditions Urban Comics.

 

Même si l’histoire est hors continuité, elle donne une nouvelle lecture, plus actuelle, des débuts de Richard « Dick » Grayson et de son apprentissage auprès de Batman (Bruce Wayne).

 

Pour ceux qui l’ignoreraient, à la mort de ses parents trapézistes (trapèze piégé), Richard est adopté par Bruce Wayne qui voit là un écho à sa propre tragédie. Richard alors âgé de 12 ans devient le partenaire « young sidekick » de Batman (Hawkman dénigrera en quelques mots cette pratique qui n’est pas exclusive à DC). Cela permet à l’époque de rallier des jeunes lecteurs à la série (puis les) Batman. Les histoires sont bien plus légères qu’à notre époque, le Joker moins mortel et plus pitre comme la plupart de la galerie de vilains d’alors.

Plus tard Robin sera présenté comme celui qui tire Bruce Wayne vers la lumière, un contrepoids nécessaire à l’équilibre du personnage. Grandissant, il s’émancipera du héros via les Teen Titans puis en devenant Nightwing, non sans demeurait, si besoin, une aide précieuse tant physique que psychologique à Batman.

 

 

À l’instar de la série télé Titans (sur Netflix) où au dernier film de Batman, le scénariste Jeff Lemire nous offre un Bruce Wayne moins consensuel (tournant déjà amorcé depuis quelques années dans les comics). Soldat de l’ombre avant tout, il éduque Richard à son image, avec rigueur et intransigeance pour en faire une arme, son arme, voire un futur Batman tel que lui. Il impose une emprise psychologique réelle sur l’enfant. Sa froideur est à peine brisée par quelques instants de relations humaines et encore ne sont-ils pas toujours désintéressés.

De fait, la véritable figure paternelle devient Alfred Pennyworth, homme droit, rappelant sans guère de concession à Bruce que Richard est avant tout un enfant de 12 ans. Une opposition franche et directe rarement vue de la part d’Alfred, même s’il remet parfois en doute les décisions de Bruce quant à sa vie privée.

Bien sûr, il est possible d’y lire une parabole à toute forme d’éducation et à s’interroger en tant que parents sur l’influence que nous avons sur nos enfants et si nous n’agissons pas trop souvent par rapport à nos souhaits et non aux leurs. Mais aussi dans le monde qui est le nôtre, si nous ne leur imposons pas une vie d’adulte bien trop tôt.

 

 

L’adversaire de l’histoire est Croc dont une partie des origines est également redéfini dans ce oneshot hors continuité. Son passé devient touchant, pas forcément son présent.

 

Tout l’intérêt de cette histoire réside dans le choix de Richard quant à sa destinée : va-t-il sombrer dans les ombres qui tourmentent Batman ou se hisser vers la lumière et dans un cas comme dans l’autre, comment et pourquoi ? L’écriture de son journal intime est un plus très intéressant dans son évolution.

 

Outre ma passion pour Richard Graysson et les Robin en général, j’ai vraiment apprécié cette lecture. À la pertinence du scénario s’ajoute le graphisme rare et magnifique de Dustin Nguyen (Dessin et couleurs).  

 

Un indispensable à votre collection.

ROBIN & BATMAN, excellent point de vue.

Et pendant que je suis :

Heureux du retour de Ben Reilly (en espérant qu'il reste, cette fois sain d'esprit) dans Marvel Comics 7 et les suivants.

Et agréable surprise avec Miss Hulk, sur Netflix (1 épisode vu).

Tag(s) : #Comics, #DC
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :