Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

TROIS MILLE ANS A T'ATTENDRE, pas aussi magique qu'espéré.

Trois mille ans à t’attendre présente bien avec au casting l’étonnante Tilda Swinton.

Elle joue le personnage d’Alithea Binnie, célibataire convaincue et heureuse, qui plus est une mythologue de renom. Sa vie et le film prennent un tournant étonnant lorsqu’elle libère de sa prison de verre un Djinn, Idris Elba. Elle hérite donc de trois vœux, mais forte de sa connaissance des histoires se méfie de ceux-ci et du « bon » génie.

 

trois mille ans à t'attendre

 

Un débat fascinant s’engage alors entre les deux. Théorique et philosophique, la discussion amène le Djinn a parlé de lui et de sa vie, en particulier de ses précédents maîtres avant qu’il n’échoue par hasard (ou par destinée) entre les mains d’Alithea.

Nous voyageons ainsi aux côtes de la magnifique reine de Saba (Aamiyo Lagum) et du Roi Salomon (Nicolas Mouawad), mais aussi de Soliman (Lachy Hulme) et ses fils, dont Mustafa (Matteo Bocelli) réécrivant ainsi la véritable histoire.

Si la place de la femme dans la société est évoquée, c’est l’amour qui est discuté en fait dans ce long dialogue. L’amour avec un grand « A », celui de l’âme sœur.

 

trois mille ans à t'attendre

 

Les récits intercalés, tels des contes des mille et une nuits ont une beauté esthétique certaine et l’intérêt des fables.

L’ensemble se comporte bien, mais, au final, est trop sage et fait preuve de quelques longueurs. Il manque un petit truc en plus, un grain de folie absent du très sérieux Djinn et de la non moins sérieuse Alithea.

Surprenant, mais au final un peu plat – hélas, car l’originalité était là.

TROIS MILLE ANS A T'ATTENDRE, pas aussi magique qu'espéré.
Tag(s) : #Chronique Cinéma
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :