Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BOULEVARD DES PAS PERDUS

Ce n’est pas vraiment une errance qui m’a conduit jusqu’au Boulevard des pas perdus, mais les Imaginales (édition d’automne 2021). Le stand des Éditions Kelach était attenant à celui des Éditions Oneiroi et à force d’avoir l’œil attiré par les brumes de couvertures, j’ai retourné les pas perdus et l’intrigue m’a inspiré. P.A.L oblige, je ne l’ai lu qu’il y a peu.

La pagination est dense (ce qui permet de réduire le prix de vente) et cela me va très bien et mieux, le livre est imprimé en France (autant de CO2 en moins pour la planète). La couverture de Roxane est intrigante et correspond bien au propos.

Nous sommes à la fin du XIX siècle et la vie des habitants va être chamboulée lorsqu’une brume carnivore envahit Paris couvrant les rues jusqu’au premier étage. Prisonniers chez eux les Parisiens qui n’ont pas fui vers la campagne vont commencer à installer des planches et ponts de bois entre les fenêtres des étages. Les SDF eux font comme ils peuvent, ils vivent les uns sur les autres dans les couloirs et escaliers des immeubles haussmanniens lorsque ceux-ci sont accessibles. La Brume ne s’évacuant pas, la vie s’organise autant que possible et continue allant même jusqu’à maintenir l’exposition universelle.

Il faut dire que certains humains ont la capacité de modeler la Brume pour la figer en divers objets, dont des ponts bien plus sûrs que les planches en bois, mais payants. Car ces Immunisés se sont regroupés sous l’égide du professeur Delattre et cette confrérie Phébus qui étudie la Brume a aussi créé une monnaie à partir de celle-ci. Si Gaspard inventeur compulsif n’a pas le don, son ami Camille là, tout comme Perrine belle-fille de Delattre.

Si la situation est déjà assez compliquée pour tous et pour nos trois protagonistes, elle se complique encore lorsqu’un tueur relié à la Brume commence à agir. Une enquête qui va les conduire à en découvrir bien plus et même peut-être trop sur la Brume…

L’autrice Michèle Devernay maîtrise son univers. Même si au début son univers semble avoir quelques failles, les éléments se mettant en place, celles-ci disparaissent peu à peu. Certes l’exode aurait sans doute pu être plus massif et l’organisation de l’exposition universelle en ces lieux dangereux est un point qui m’a fait tiquer – mais il est vrai que la fuite des Parisiens n’est pas évoquée et qu’il y a une courte ellipse temporelle durant laquelle elle a dû avoir lieu.

Les éléments fantastiques apparaissent peu à peu. Les explications et découvertes sur la Brume apportent progressivement un éclaircissement sur celle-ci et son fonctionnement. Bien sûr, il ne faut pas y chercher une logique biologique (elle n’y est pas d’ailleurs), mais juste une fantasmagorie bien construite et cela suffit à séduire.

Les protagonistes se développent à des rythmes différents, mais avec une véritable touche de réalisme de quoi impliquer le lecteur quand les événements commencent à s’enchaîner. L’intrigue s’enrichit rapidement et se complexifie avant de se résoudre dans le fracas.

Pas vraiment du steampunck malgré quelques touches ici et là, un joli côté rétro dans l’ambiance, un récit qui emporte. Bref une lecture agréable.

BOULEVARD DES PAS PERDUS
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :