Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

J.Heska--les-gentils.gif 

 

L’histoire :

 

Elle nous est présentée en flashback comme le journal retrouvé du fondateur involontaire du mouvement Cimondiste qui en 2185 aurait fait ses preuves.

Mais nous ne sommes absolument pas dans de la science fiction, mais dans l’exposition d’une tranche de vie.

Jérôme est un employé des plus banals, un homme timide et effacé au point où selon ses propres termes il est devenu « transparent » aux autres, sauf peut-être à son ami Etienne, Geek de Star Wars (lui aussi ?). Il se fait marcher dessus par son amie, ses collègues de travail. Ce caractère maussade, exacerbé par sa relation aux autres (ou plutôt le contraire) ne peut qu'être pessimiste comme le montrent les nombreux axiomes sur "la vie" qu'il essaime dans son journal.

Par une réaction viscérale de ce « gentil » face aux « méchants », Jérôme va, malgré lui, engrendrer un mouvement civique opposé à ce qu’il nommera très justement les « antipathes ». Le cimondisme n’est pas loin de naître.

 

Commentaires :

 

            Un texte fluide à la lecture agréable qui nous emporte rapidement dans les affres de la vie de Jérôme. Cette accroche au personnage se fera sans doute plus si l’on se sent proche de lui et en accord avec les préceptes de base de ce qui mènera au Cimondisme (même si on peut ne pas être d’accord avec certaines formes d’actions de celui-ci, à vous de voir).

 

            En découvrant le quotidien du personnage et l’évolution de sa vie, j’ai éprouvé un amusement à la fois doux et amère. Si certaines situations peuvent prêter à sourire, sur le fond elles reflètent un aspect désolant de notre société égoïste et exclusive.

            Et c’est justement ce double aspect qui fait de ce roman, un livre plaisant.

            Reste à savoir si l’auteur J. (Jérome ?) Heska a sciemment chercher un tirer un portrait social acide de nos interactions avec autrui avec comme objectif de fond une réelle ébauche du cimondisme ou civisme mondial ? Seul lui pourra peut-être réponde ici, dans les commentaires à cet article.

 

            Il n’en est pas moins vrai que ce respect d’autrui dans tous les actes de notre quotidien serait un bon début à une civilisation meilleure.

            Me voilà cimondisme.

 

            Pour revenir au roman, il est aussi très intéressant d’avoir mis en parallèle l’évolution de la vie de Jérôme à celle du mouvement qu’il a induit sans vraiment ni le vouloir, ni y croire. Le personnage d’Etienne qui prendra de l’ampleur durant le roman résumera très bien la situation vers la fin de l’ouvrage.

 

            Un texte parsemé de situations cocasses (et tristement réalistes) et de citations soient truculentes, soient frappés du saut du bon sens, soient d’une morale que je ne quamiefierai pas de puritaine mais d’une logique et d’une simplicité à toute épreuve.

 

            Alors que je suis en pleine sortie du troisième tome du Cycle l’Eveil et de la réécriture des deux premiers tomes, je ne pensais pas pouvoir trouver le temps pour lire si vite ce roman. Et pourtant, loin de ce que j’écris, il m’a emporté et je n’ai guère pu le lâcher (sauf impératif) jusqu’à sa conclusion, annexes inclues.

 

Un Livre très agréable.

 

            A découvrir et à offrir… pour un monde meilleur.

 

Quelques extraits (je ne peux pas résister et il y en aurait beaucoup d’autres) :

 

« La vie, c’est comme un escargot. On porte un lourd fardeau sur le dos, il faut en baver pour avancer, et ça laisse toujours des traces. »

 

« Un méchant est donc un individu qui fait souffrir parce qu’il ne pense pas à l’autre. Un gentil est empathique, il se met à sa place et adapte son comportement. »

 

« Les conséquences des actes sur les autres. Voilà le prisme à travers lequel on pourra identifier les méchants… »

 

«  L’antipathe est un individu autoccentré qui commet, consciemment ou non, des actions nuisant à autrui dans le souci de répondre à ses propres besoins, ceux-ci pouvant être de nature variées. »

 

« La vie, c’est comme le Titanic. Ça a l’air sympa, mais on finit toujours par toucher le fond. »

 

Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir.

 

Roman contemporain aux éditions L’instant Libre.

Public plutôt adulte.

Auteur : J. Heska

  

Le blog de l'auteur : J.Heska 

Tag(s) : #Chronique Littérature
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :