Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

     

Astérix et Obélix au Service de sa Majesté est le quatrième opus cinéma des Aventures d'Astérix, réalisé cette fois par Laurent Tirar.

 

Astéricx et Obélix au service de sa majesté - affiche

 

Cette histoire est un mixte de deux albums Astérix chez les Bretons Astérix et les Normands.

 

                                                    Asterix-chez-les-Bretons.jpg      Asterix-et-les-Normands.jpg

 

 

Alors que Goudurix (Vincent Lacoste), neveu d'Abraracourcix et peureux notoire, est au village pour devenir un homme, tâche confiée à Astérix (Edouard Baer) et Obélix (Gérard Depardieu), Jules César (Fabrice Luchini) décide d'envahir les Bretons (comprendre les grands-bretons).

 

Résistant à l'envahisseur, la Reine Cordella (Catherine Deneuve) envoie son fidèle Jolithorax (Guillaume Galienne) en quête de potion magique.

 

La reine Cordelia - Catherine Deneuve 

 

De son côté, Jules César doit faire appel à des mercenaires, les Normands, dirigés par Grossebaf (Bouli Lanners) et motivés par l'espoir de connaître enfin la Peur. A noter la présence de Danny Boon dans le rôle d'un des Normands : Tetedepiaf.

 

Têtedepiaf - Danny Boon 

 

La force humoristique de ce film tient essentiellement en la confrontation des cultures et la parodie qui est faite du flegme, du langage et des bonnes manières anglaises incarné par Jolitorax, mais plus encore par Miss Macintosh (Valérie Lemericer).

 

Jolitorax (Guillaume Gallienne) 

 

Certains esprits fâcheux trouveront, à raison, que l'Angleterre présentée est plus récente que l'époque gauloise à laquelle l'histoire est censée se dérouler... mais peu importe, cela permet justement d'accentuer la caricature en usant de stéréotype qui nous familiers, de la reine en passant par le fish and ship, les bus  ou la cuisine anglaise. On en ressort tous avec un accent anglais et une inversion des mots....

 

 

 

Côté casting, plûtot pas mal dans l'ensemble.

 

On retrouve avec plaisir Gérard Depardieu dans le rôle d'Obélix. Certes nous sommes loin d'un Cyran de Bergerac, mais il est parfait en ce gros - pardon enveloppé - benêt.

 

Astérix (Edouerd Baer) & Obélix (Gérard Depardieu)

 

Si Clovis Cornillac collait plus au personnage, Edouard Baer compose un Astérix à l'Edouard Bear. Acceptable si l'on accepte de s'éloigner un peu du personnage de Goscinny et si l'on apprécie le style Bear. Le débat avec Jules César est d'ailleurs un moment très intéressant du film, sans même parler de la référence à (...).

 

Fabrice Luchini est tout autant une personnalité spécifique que Bear, même s'il a été clairement bridé dans son jeu de César. Il nous manque un de ses petits délires jubilatoires.

 

Jules César - Fabrice Luchini 

 

La palme revient sans aucun doute possible à Guillaume Gallienne qui interprète un Jolitorax remarquable, tout en réserve et en stoïcisme, bref un gentihOmme plus vrai que nature, même s'il est très loin physiquement du personnage rouquin de la BD.

 

On regrettera que le rôle d'Abraracourcix aussi court soit-il ne soit pas repris par Michel Galabru.

 

J'ai peu accroché sur Ophélia (Charlotte Le Bon) sans doute parce que ses traits ne sont pas exagérés faisant d'elle un personnage presque normal au milieu de tous ces olibrius.

 

Goudurix - Vincent Lacoste 

 

J'ai aussi un bémol sur Vincent Lacoste, non pas parce qu'il est brun alors que Goudurix est blond (roux sur la couverture de la BD), mais bien parce que je trouve son jeu inégal. Cela va du correct au passable en passant - hélas - par du médiocre. Lorsqu'il joue la peur, on n'y croit pas du tout... ce qui est bien dommage puisque c'est un des grands traits de caractères de Goudurix.

 

Bémol aussi sur Pindépis,  (Atmen Kélif) un peu trop nigaud et surtout surmaquillé pour lui foncer le teint et sur les pirates dont Jugnot en capitaine.

 

 

 

Dans l'ensemble Astérix et Obélix au service de sa Majesté est un film agréable et divertissant qui se laisse regarder. Sa palette humoristique permet d'atteindre tous les publics, des jeunes aux adultes.

 

Asterix-et-Obelix-au-service-de-sa-Majeste.jpg 

 

 

Après le mauvais "Astérix aux Jeux Olympiques" aux personnages peu convaincant et à la fin à rallonge, il est agréable de revenir à un bon Astérix même s'il ne vaut pas "Mission Cléopâtre" de Chabat où Baer tenait le rôle d'Otis.  

 

 

 

A voir donc, sans pour autant attendre un film incontournable.

 

 

 

Petit plus : le générique d'introduction à la James-Bond qui pourrait vous faire croire que vous vous êtes trompés de salle alors que Skyfall sort en même temps.

 

 

 

 

 

 

Tag(s) : #Chronique Cinéma

Partager cet article

Repost 0