Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Captain America, first Avenger, affiche

 

 

Captain America 1 Mars 1941Captain America est une figure des Comics Américain et un emblème des « hautes valeurs morales » des Etats-Unis. Il est à noter que dans les comics ce symbole est tombé à plusieurs reprises de son piédestal, Captain America finissant par représenter les idéaux qui devraient être et non pas la société économique à deux vitesses et truffés de paradoxes que sont devenus les Etats-Unis. Reste que par son nom et quoiqu’en fassent les scénaristes, Captain America est forcément lié au pays dont il porte le nom et il est facile (à tort) d’identifier les valeurs que le personnage veut représenter à un idéal qui existerait de l’autre côté de l’Atlantique…, mais nous rentrons là dans un débat politique éloigné du divertissement ; revenons au personnage.

 

Avant tout, rappelons que Captain America est né durant la seconde guerre mondiale (en décembre 1940, première publication en mars 1941 par Timely qui deviendra Marvel). Surfant sur la vague lancée par DC des héros combattant le III Reich, il peut aussi apparaitre comme un outil de propagande nationaliste vouu consciemment ou non par ses créateurs les grands Jack Kirby et Joe Simon. La guerre fut un âge d’or pour les comics lus par de nombreux soldats.

Bouclier Originale de Captain America 1941

 

L’histoire :

 

Le film de Joe Johnston est assez fidèle à l’origine du Captain America des comics ; il retrace la naissance du personnage durant la première guerre mondial et l’emmène à nos jours.

Le gouvernement américain cherche à créer des super-soldats et pour se faire il décide d’utiliser la découverte de Docteur Abraham Erksine (Stamley Tucci) qui a plus d’une raison d’entrer dans le projet comme le film vous l’expliquera. Son sérum doit être injecté dans un organisme et boosté par un appareillage que je qualifierai d’électromagnétique puisqu’il a été mis au point par Howard Stark (Dominic Cooper).

Rappelons au passage qu’Howard Stark est le père d’Anthony Stark alias Iron Man. Si originellement Howard est un père exécrable aux tendances alcooliques, c’est un personnage qui a tendance à être revisité ces derniers temps par Marvel pour en faire un personnage plus positif, aussi bien dans ce film que dans l’excellente série le SHIELD diffusée actuellement en France par Panini en livrairie.

 

Captain America -vSteve Rogers - Chris Evans torse nu

 

Le produit miracle est là, reste à trouver le candidat idéal et le choix d’Erksine va s’arrêter sur Steve Rogers (Chris Evans, vu aussi dans le rôle de la Torche Humaine dans les  films des 4 Fantastiques). Jeune homme frêle, mais volontaire et tenace, il veut entrer dans l’armée pour combattre le nazisme, mais contrairement à son ami Bucky Barnes (Sebastian Stan) aux compétences physiques athlétiques, il est recalé à chacune de ses tentatives. Sauf qu’Erksine ne recherche pas une bête physique (ce que son sérum fera de toute façon), mais une personne aux hautes valeurs morales pour la bonne raison que sérum amplifie aussi les inclinaisons du caractère comme il a pu sans rendre compte précédemment (à voir dans le film).

 

Steve Rogers va subir l’expérience mais tout ne se déroule pas comme prévu et il sera le « seul » super-soldat à être créé. Après une phase de « que faire d’un unique soldat ? » il partira sur le front et combattra, entre autre, Crâne Rouge (Hugo Weaving, le monsieur Smith de Matrix) sa Némésis.

 

Captain America, Crâne Rouge , Hugo Weaving

 

Ce jusqu’au final qui a quelques points près reprend l’histoire qui mène cap à nos jours, Crâne Rouge récupérant le rôle du Baron Zémo pour le film.

 

Mon avis :

 

 J Toute la première partie de l’histoire est très correcte, jusqu’à la naissance de Captain America et son premier combat. Personnages intéressants et « intrigues » bien faites avec les origines de Crâne Rouge.

 

Captain America

 

L La deuxième partie est trop rapide, donnant un air de bâclé faute de temps disponible. En quelques minutes quelques mois (ou années) des combats de Captain America sont passés en revue pour arriver à l’opposition final. A mon goût on ne voit donc pas assez Captain America en action.

 

J Bonne réécriture des origines de Bucky Barnes qui intégre (en les modifiant) les « nouvelles » révélations sur la vérité de celui qui fut le comparse jeune ado de Captain America dans les comics.

 

Rappelons qu’à l’origine Bucky est un ado (sans doute d’une douzaine d’année) « mascotte » d’un régiment qui avait recueilli cet orphelin. Fan de cap, il découvre son identité secrète et à l’image de Robin pour Batman devient son aide protégeant ses arrières. Cette mode du sidekick très à la mode chez DC (Wondergirl, Speedy, Kidflash…) n’avait pas la côte chez Marvel. Cependant ils ont fait une exception pour intéresser un peu plus des jeunes restés en Amérique dont les grands-frères étaient partis en guerre.

 

                Captain America & Bucky Barnes    Soldat de l'hivers    Captain Amarica alias Bucky Barnes

 

Il y a une dizaine d’année, cette origine a été revue pour faire  de Bucky un ado plutôt de 15 ou 16 ans, très doués pour la discrétion, l’arme blanche et le fusil à lunettes, bref un assassin parfait plus à même de protéger cap et de se salir les mains à la place du héro vertueux. Présumé mort, son corps mutilé sera récupéré par les Russes qui lui feront subir un lavage de cerveau. Ils le sortaient de sa cryogénisation que pour quelque smissions très spécifiques sous le nom de Soldat de l’Hivers. Libérré il y a peu de ce conditionnement par une rencontre avec Captain America, il a repris le rôle de celui-ci après la mort supposé de Captain America à la fin de le Guerre Civile.

 

Le film reprend ce côté soldat d’élite en faisant de Bucky un ami de Steve ayant le même âge que lui… bien vu.

 

Bucky-Barnes - Sebastian Stan

 

J La transition de Steve Rogers transformé à Steve Rogers le soldat est un épisode amusant, clin d’œil à la propagande que fut le comics Captain America à l’époque.

 

L Le combat final est peu prenant même s’il mène aux origines de Captain America dans notre présent.

 

L Je trouve que Chris Evans manque un peu de charisme et de rigueur pour le rôle d’autant que dans les Comics, Captain America s’est plutôt durci le rapprochant plus du soldat que du super-héro.

 

J La réutilisation / réinterprétation du Cube Cosmique est une bonne trouvaille même si elle est éloignée de la toute puissance de cet artefact.

 

Captain America lancé

 

Le Bilan est donc mitigé avec une impression globale qui reste plutôt positive, un film visible par tous.

 

Bouclier de Captain America Actuel

 

Et bien sûr, ne rater pas le bonus du générique de fin en prévision

des Vengeurs.

 

The Avengers

 

Tag(s) : #Chronique Cinéma

Partager cet article

Repost 0