Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 
Cloclo---affiche.jpg
 
Que dire sur Cloclo ? Je dois dire que je me suis creusé la tête, tant le personnage est une idole pour beaucoup (dont ma mère) et qui, en conséquence de quoi, à baigner ma prime enfance de ses tubes.
Claude-Fracois---Jeremie-Renier.png
 
Pas de mystère, le film raconte la vie de Claude François de son enfance à sa mort. Cloclo s’attarde sur la vie privée du personnage, tout en déchiffrant rapidement les étapes de sa carrière de chanteur mais aussi d’hommes d’affaire. Une vie dense, peut-être trop pour un seul film. Ainsi, l’épisode à succès « Podium » est vite expédié et sa relation avec les Claudettes n’est pas développée. Il n’en reste pas moins que les néophytes pourront découvrir de façon assez exhaustive la vie de Claude François et même des gens de ma génération pourrons y faire quelques découvertes ; pour ma part j’ignorais sa reconstruction nasale, sa liaison avec France Gall ou le magasine de charme qu’il avait créé.
Claude François - Claudettes
 
Quant à la face obscure du personnage qui est largement exposée dans le film pourra faire naître la question : fallait-il faire ce film ? En effet avoir ouïe dire de son foutu caractère, c’est une chose, le voir en image en est une autre. De quoi descendre un peu de son piédestal l’idole. Le film dépeint un homme exécrable avec ses femmes (qu’il trompait allégrement) car d’une jalousie maladive, égocentrique, colérique, intolérant, un insatisfait permanent voulant être LE numéro 1 ; traits de caractères que son professionnalisme exacerbé n’arrive pas à faire oublier.
  
Bref Cloclo était Claude François.
Claude-Francois.jpg  
Difficile de parler du film sans parler de Jérémy Rénier, à la ressemblance troublante d’autant qu’il l’a poussé à l’extrême dans son jeu d’acteur, ses expressions et sa gestuelle. Un travail d’acteur remarquable.
Benoit-Maginel---Paul-Lederman.jpg
 
Paul-Lederman.jpgQuant à Benoît Maginel dans le rôle de Paul Lederman, si je suis incapable de juger de sa ressemblance physique et comportemental avec l’original, j’ai trouvé le personnage dérangeant. Un échappé du Musée de Cire, au texte limité sans intonations. Très plat partageant une relation avec Claude François mal défini par le film (copain, mentor, père de remplacement ?).
  
S’attardant beaucoup sur l’aspect privé, le film ne s’enrichie pas d’une multitude de chansons de Cloclo, ne vous attendez pas à retrouver son répertoire.
Cloclo - Jérémie Renier
 
Pour finir, un dernier mot sur le traitement de sa mort que je trouve très bon. A ce moment le film se pose un instant jusqu’à l’instant fatidique, simple flash. Tout en pudeur.
 
Un film qui reste intéressant malgré le défaut que je citais en introduction  « trop court pour tout explorer ».
 
Et pourquoi ne pas le partager comme nous en allant le voir en intergénérationnel : grands-parents, parents et enfants….
Tag(s) : #Chronique Cinéma
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :