Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 Voici le deuxième opus du Cycle d’Ardalia, créé par Alan Spade.

 

Eau Turquoise - Le Cycle d'Ardalia

 

Les personnages avec Pelmen en tête, on découvert la cité de Sinistra regroupant les forces que Vlasshyk, l’Immolé, s’apprêtent à lancer sur le monde.

Poursuivis par des mercenaires aux ordres de Sinistran, puissant manipulateur du Feu Sacré, les protagonistes vont faire des choix opposés les menant à se séparer.

Pelmen et Xuven filent dans le vent pour alerter les leurs alors qu’Elisan-Finella et la jeune Lominan s’enfuient vers leur propre cité pour mettre en garde le peuple malian.

Chacun de leurs côtés ils vont affronter des difficultés inattendues en la présence d’intrigues politiques, de haines et de jalousies.

 

----------

 

L’auteur nous livre la suite de ce qui s’annonce être une trilogie de science-fantasy.

 

L’histoire explore une nouvelle voie, délaissant un peu l’esprit « quête » du premier tome pour, après une introduction musclée, nous embarquer vers des considérations plus politiques au sein des grands gouvernants des deux peuples principaux. Les manigances et les complots pour le pouvoir se font jour, prenant le dessus sur la menace que fait pesé sur tous Sinistran et qui prendra tout son sens en fin de tome appelant immanquablement à une suite.

 

Dans ce tome, pas ou en tout cas peu d’explorations de ces civilisations complexes qui ont été largement exposées dans le premier tome. On pourra le regretter, car c’était un des côtés qui m’avaient séduit dans le Souffle d’Aoles. Alan Spade approfondit néanmoins certains aspects préétablis dont la hiérarchie maliane, ces êtres doubles (pour la plupart) ou le panthéon divin et son importance dans les mentalités des peuples en présence.

 

Ce tome est le lieu de maturation des personnages que ce soit Pelmen qui s’affirme sur bien des points ou Lominan qui à force de fuir ce qu’elle est, va découvrir Sa personnalité et une véritable force intérieure. C’est sans aucun doute le personnage que j’ai préféré sur cet ouvrage où elle vole presque la vedette à Pelmen.

A noter la réapparition de Laneth qui vient s’imposer également comme un personnage d’importance ; un tome très féminin donc.

 

Le bref (et très dense) résumé du premier opus en prologue au livre est le bienvenu pour ceux qui ont lu le premier tome il y a quelques temps déjà ; ceux qui le liront dans la foulée peuvent sans passer.

De même le lexique des personnages en fin de recueil est utile bien que trop réduit à mon goût. Pourquoi ne pas avoir repris aussi les personnages apparaissant dans le premier tome ?

Dans le même sens, il manque un lexique des mots spécifiques à l’univers d’Ardalia en particulier les titres hiérarchiques des deux peuples en présence. Au départ, on se mélange un peu les pinceaux sur l’importance politico-religieuse des différents protagonistes alors que l’intrigue principale tourne autour de ce jeu de pouvoirs.

 

Malgré cela la lecture reste agréable. L’écriture est adaptée à l’histoire et d’une bonne fluidité. On appréciera particulièrement les expressions du cru, (tout à fait compréhensible sans explications) qui nous encrent un peu plus dans l’univers d’Ardalia.

 

Si je dois avouer être rentré un peu moins vite dans l’histoire que lors du premier tome (densité des protagonistes alors que j’avais lu le premier tome il y a plus d’un anrisque du même soucis dans le Cycle de l’Eveil), j’ai finalement plongé dans le récit et dans cette évolution des personnalités qu’est Pelmen et plus encore Lominan, un personnage très riche.

 

Je ne peux donc que vous conseiller la lecture du Cycle d’Ardalia et de ce deuxième opus : Eau Turquoise.

 

Aux éditions Emmanuel Guillot, à découvrir =>  ici .

 

 

Tranche 1

Tag(s) : #Chronique Littérature

Partager cet article

Repost 0