Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Il est rare que je lise plusieurs tomes d’une série à la suite ; j’aime alterner les genres. Cette fois, j’ai fait une exception pour les deux derniers tomes (inédits) du Neuvième Cercle de JC Chaumette soit « Les Larmes de Pierre » et « les Guerriers de l’Enfer » aux éditions Voy’el.

 

Le Neuvième Cercle - T5 - Les larme de Pierre

 

 

Nous sommes dans un futur très lointain, et la Galaxie est en ruine après les événements des deux premiers, l’Empire Thorg est tombé ne survivant que sur sa planète d’origine ; fautes de vaisseaux spatiaux, le commerce orusien s’est effondré et les peuples se sont refermés sur eux-mêmes.

 

7 ans se sont écoulés depuis le combat à la Porte des Ténèbres, les héros survivants sont rentrés chez eux reprenant leur vie, pour la plupart bien loin de l’aventure qu’ils ont menés.

Mais voilà qu’une nouvelle menace se fait jour et elle vient de l’intérieur de l’un – ou l’une – d’entre eux obligeant les compagnons des Tomes 3 et 4 à se réunir de nouveau pour la contrer.

 

Cette fois, il ne s’agit donc pas d’un danger surnaturel presque divin qui mettrait en péril la réalité elle-même (quoique…) mais bien une ambition plus terre à terre. En effet les civilisations sont affaiblies et c’est le meilleur moment pour partir à la conquête des planètes connues pour les unir sous une même domination en un empire unique. Des alliances inattendues se forment et de puissants personnages - tel  Atmaxehr grand prêtre ukthul du culte de la mort - font leur apparition.  Et il ne faut pas compter sur les Kreel, peuple déchiré depuis l’avènement d’un élu pour venir en aide à un monde en perdition.

 

Nous retrouvons les anciens héros dont Stanley Petersen alias Sharki, le personnage central de la série  (mais je ne vous donnerai pas d’autres noms pour ceux qui n’ont pas encore lus les tomes précédents), mais certains ont bien changés : couples en déliquescence, désillusions de la vie, amertume, responsabilité familiale ou ambitions. Une vision réaliste et bienvenue d’un quotidien loin de l’image du héros à qui tout réussit. Nous retrouverons avec plaisir certains personnages secondaires dont Vadkan, le forgeron rinaël.

 

Il va falloir leur adjoindre de nouveaux compagnons dont certains seront les  porteurs des 7 épées fabériennes disparues, armes indispensables à la victoire. Parmi ces personnages, Djeber Marül Azmel-Dîn, le derviche tindari du couvent Besh’Tar-LûhnDjeber, s’imposera comme l’un des principaux même si dans ces deux tomes, comme dans les précédents chaque personnage à son importance de le thorg Bakhi à la double destinée, le zagrid et agile Shaabaz, le fier fabérien Fenvarth, le jeune oglouk nommé Bogdum et bien d’autres.

 

Une fois encore et pour notre plus grand plaisir, l’auteur mêle la technologie spatiale (à la dérive), les androïdes kendars, les peuples barbares, les ascètes qu’ils soient tindaris, hrarshnars, kreels ou  maraquendis, la magie kalindos et les sombres et racistes sorciers ukthuls en un patchwork magnifique. Nous voilà replongé dans son univers que l’ont peut qualifier de Space Fantasy brillant.

 

Une épopée dans laquelle on retrouve la complémentarité des personnes, concept cher à l’auteur. Il n’y a pas vraiment de personnage principal, mais chacun à son rôle à jouer – parfois inattendu – dans cette grande roue de la vie. Une épopée galactique à hauteur d’hommes, même si ici, certains sont plus qu’exceptionnels. Une réflexion sur les bonnes intentions servis par de mauvais moyens (cf Anakin et son petit fils Jacen dans la Guerre des Etoiles).

 

Le Neuvième Cercle, Tome 6 - Les Guerriers de l'Enfer

 

Le dernier tome est assorti d’une fin épique et sanglante ainsi qu’une conclusion au destin de Stanley qui pourra laisser à réflexion.

 

L’écriture est maniée avec habilité et la série dans son ensemble se lit avec plaisir. Si, au début du tome 5, la profusion de nouveaux personnages nous perd un peu, un lexique de fin très bien réalisé (personnages, mots et peuples sont séparés) nous permet de surmonter cette difficulté. Néanmoins la lecture seule de ces deux derniers tomes me semble impossible. Même si les tomes vont par paire, formant une histoire complète à chaque fois,  il est préférable de commencer au début de la série pour appréhender les personnages et le monde dense et riche du Neuvième cercle.

 

Un petit bémol : le personnage de la couverture du Tome 6 dont je n'aime pas la représentation.

 

 

 

Au final et une fois encore, je ne peux que vous recommander la lecture de cette série ambitieuse que vous trouverez

 

Aux Editions Voy’el

=> ICI <=

 

 

Autres articles concernent le Neuvième Cercle sur mon blog :

=> Tomes 1&2 <=    //   => Tomes 3&4 <= 

 Le Neuvième Cercle - Les Neufs Cercles

Tag(s) : #Chronique Littérature

Partager cet article

Repost 0