Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Le Souffle d’Aoles est le premier tome du Cycle d’Ardalia, écrit par Alan Spade aux éditions Emmanuel Guillot.

 

Le Souffle D'Aoles

 

Pour échapper à son destin de tanneur, le jeune Pelmen va fuir sa famille et son village pour retrouver Galn Boisencroix en Alveg, la ville aux piliers. Mais de confrontations en malchances, il devra s’en remettre à son marchand d’oncle Xuven. Mais la destinée poursuit Pelmen et ne veut guère le laisser tranquille. Pour aider ses amis d’enfance, il va devoir s’embarquer dans une quête fort dangereuse. Celle-ci va le mener bien au-delà de la cité de Xuven et l’amener à se faire des alliés inattendus.

 

Si le monde d’Aoles ne connaît ni la technologie, ni le travail du métal, ni les armes à feu mais la magie, nous ne sommes pas dans de l’héroïc-fantasy. Non, Alan Spade nous décrit magnifiquement un autre monde, quelque part ailleurs, une autre planète sans doute.

 

Si, malgré quelques particularités, le peuple de Pelmen est très proche physiquement et mentalement de nous autres humains, la route du jeune archer va nous mener à découvrir deux autres peuples dans ce premier opus. Etrange est le mot, auquel il faut ajouter intéressant et fascinant pour qualifier ces cultures. Car, il s’agit bien là, en dehors d’une aventure, d’une description réfléchi d’un monde avec ses races, leurs particularités, leurs religions, les hiérarchies sociales et politiques auxquels il faut ajouter leurs moyens techniques, leurs architectures, leurs usages ou la magie (celle que l’on découvre sur la fin m’a particulièrement séduite par son originalité).

 

Un ensemble de données à assimiler me direz-vous ? Certes, mais Alan Spade le fait très bien, il ne nous étouffe pas d’infos, préférant nous les amener tout au long du récit pas à pas. Donc aucune indigestion en vue, que le plaisir de découvrir ce monde si riche.

 

Planete-Sauvage.jpgEn lisant le Souffle d’Aloes, les images qui me sont venus à l’esprit sont à la fois celle de nos grands anciens de la fiction comme K. Dick, mais aussi de films d’animations comme « La Planète Sauvage» (1973 de René Laloux) et un petit côté épuré à la Moebius.

 

 

Bref, derrière une très belle couverture de Thibaut Desio, un contenu prenant nous emmenant dans un univers loin du nôtre dont nous avons soif dans découvrir plus.

 

A quand la suite monsieur Spade ?

 

Le lien pour le site d'Alan Spade est sur mon blog dans la rubrique "vers d'autres horizons" =>"Auteurs".

Partager cet article

Repost 0