Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Les-Pousse-Pierres.png

 

2170, le monde est divisé en 3 :

 

            * Les terriens qui vivent dans un monde dominer par les sociétés ; les salariés en dépendant totalement et ne peuvent en changer comme ils le souhaitent. L’économie et le capitalisme domine la Terre.

            * Les lagrangiens qui vivent dans une vaste station spatiale en orbite terrestre aux noms de personnages historiques. Les besoins de base y sont gratuits, l’argent est remplacé par une cotation d’estime, le mensonge y banni et les lagrangiens sont « interconnectés » par des implants bioniques, les transponds.

            * Les spatieux qui vivent dans des vaisseaux transportant des cargaisons entre les mines et les lagrangiens ou les terriens. Généralement, l’équipage d’un vaisseau se constitue des membres d’une même famille et de quelques salariés. Libre de leur auto-entreprise, ils sont plus réservés que les lagrangiens communautaires.

 

            D’un côté nous avons Richard Trévise, un adolescent qui va fuir la terre avec ses parents pour se rendre sur la station lagrangienne et de l’autre Maureen O’Garret, une spatieuse qui va se retrouver prise en charge par d’autres spacieux suite à un tragique événement.

            Comme il se doit, leurs routes vont se croiser alors qu’autour d’eux des intérêts politico-économiques provoquent des événements d’une ampleur inégalée entre les trois factions en présence.

 


            Voici un Roman pour 3 mondes et 3 visions de la vie et de la liberté. Arnaud Duval prend plaisir à nous dépeindre les avantages et inconvénients de ces 3 modes de vie à travers son récit.

Pour la grande majorité du livre, nous sommes dans la Science Fiction et non le Space Opéra. L’auteur s’applique à rester dans le domaine du « possible » pour ce qui est de la conquête spatiale. La station orbitale Lagrangienne dépend des règles de l’apesanteur et des restrictions d’un espace clos, les vaisseaux des spatieux semblent lourds et lents à manœuvrer avec des espaces étroits et des coursives en semi-apesanteur.

Arnaud Duval tient à ces spécificités réalistes qu’il nous évoque sans tomber dans de la hard science fiction. Je dois avouer que pour le terrien que je suis, j’ai eu un peu de mal à me représenter l’architecture global de la station ou celle de l’Améthyste qui sont les deux principaux lieux de l’action.

Il en va de même pour les organisations politiques et les interactions entre elles, leur mise en place est insuffisante, entrainant un retard à la compréhension de celles-ci. Parfois, on hésite sur certaine situation d’autant plus qu’Arnaud Duval pratique souvent l’élision (surtout dans la seconde moitié). Nous plongeons rapidement d’un événement à un autre ou d’une cause à une conséquence sans intermédiaires explicatifs ; à nous de faire le lien.

Malgré ces quelques ralentissements pour bien appréhender une situation politique, la lecture reste fluide et agréable.

 

Un autre point  m’a déconcerté, c’est le changement de registre à mi lecture. J’aurais aimé être plus préparé à celui-ci.

La première moitié du roman laisse à penser à une intrigue purement politique et économique avec des actions dans l’ombre et éventuellement quelques espions et assassins en coulisses ; le tout sur un fond de réflexion sur les différents mondes et d’évolution des deux personnages principaux. Mais changement de cap dans la deuxième partie du récit où l’on flirte avec le Space-opéra et les équipés militaires ; l’action directe prend le devant de la scène. Des secrets seront dévoilés qui cadrent plus avec l’ambiance de cette seconde partie qu’avec la première.

 

Hormis ces points, Les Pousse-Pierres est un roman intéressant où, à l’image de Richard, nous allons de découvertes en découvertes. En dehors des modes de vie des Lagrangiens ou des Spatieux, il y a de nombreux aspects passionnants : le Transpod, Dinah ou la résolution de la fin (je n’en dirais pas plus).

Quant aux personnages, même s’il s’agit pour l’essentiel d’adolescents, la normalité de Maureen et plus encore de Richard est bienvenue. Pas de vrais actes « héroïques », ils réagissent à des situations ou à des sentiments personnels. Tous deux doivent faire face à un nouveau statut et ils réagissent chacun avec leurs défauts et leurs qualités liés à leur mode de vie antérieur.

 

Au final, c’est à livre intelligent dont j’ai apprécié la lecture en particulier ses mondes, ses trouvailles et l’humanité de ses personnages.

 

A découvrir aux remarquables  Editions du Riez.

Tag(s) : #Chronique Littérature

Partager cet article

Repost 0