Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Si-La-Fee.jpg

 

Voilà, ci-présent, un roman déconcertant,

Que si la prose peut encenser,

C’est de rimes, bien pauvres au demeurant,

Que naturellement, je viens vous en parler.

 

Nul doute après son introduction,

Que, pour cette fable écologiste, c’est d’Alexandrins

Dont Thomas Huray use pour sa partition,

Menant de vers en vers ces acteurs vers leur destin.

 

Un Monde qui se meurt, le nôtre,

Un Malfaisant symbolique usant de l’inconscience, la nôtre,

Un Bienfaisant, d’alliés de natures ou de chimérie s’entourant,

Un long chemin jusqu’à ce final affrontement.

 

Si la poursuite d’astres en astres,

De quelques répétitions aurait pu se passer,

Cette histoire de vers tissées,

M’a enchanté au pied de mon âtre.

 

De l’amertume de notre civilisation. Autodestruction.

A la mélodie de la nature féée. Admiration.

De notre culpabilité inavouable. Condamnation.

A cette ébauche d’espoir. Suspicion.

 

Venez partager cet ultime combat.

Vous unir à en mourir pour ne faire qu’un.

Venez un répit offrir à une Terre au plus bas.

Vous découvrir au creux de ces Alexandrins.

 

 

Si La Fée

De Thomas Huray

Editions Persée

Pour l'acquérir, par exemple : link

Tag(s) : #Chronique Littérature

Partager cet article

Repost 0