Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

EFFETS SECONDAIRES

     Marin Taylor (Channing Tatum) sort de prison où il a fait un séjour pour délit d’initié. Il retrouve sa femme aimante Emily Taylor (Rooney Mara) qui, suite à l’arrestation de son époux tout juste marié avait une dépression. Elle avait été suivie à l’époque par le Dr Victoria Siebert (Catherine Zeta-Jones).

     Tout pourrait être parfait, mais la vie n’est pas aussi rose et simple qu’Emily l’aurait cru, la dépression frappe à nouveau. Cette fois elle se tourne vers ce bon Dr Jonathan Banks (Jude Law). A coup de psychothérapie et de médicaments, il va tenter de guérir sa patiente. Toutefois les « effets scondaires » médicamenteux font leur apparition dont une propension d’Emily au somnambulisme jusqu'au drame…. Le Docteur Banks n’est pas loin de tout perdre.

 

     Au premier abord, ce film traite de l’étrange relation commerciale qui peut unir les laboratoires pharmaceutiques aux médecins américains (le système est, me semble-t-il différente en France). Ajoutez-y un zeste d’effets secondaires sous-estimés par les laboratoires ou les médecins mal avertis et le spectateur pense vite à un procès des médicaments, des labos et des médecins.

     Et pourtant non, ici pas de mise en accusation du système (ou pas de manière aussi flagrante que cela), Steven Soderbergh met bel et bien en scène un excellent polar.

     Certes mon résumé ne laisse pas entendre cela, mais pas plus que toute la première partie du film. Une très belle surprise et pour vous en laisser une partie, je n vous dirai rien sur l’intrigue de ce polar.

 

     Par chance, le scénario écarte bien vite de l’histoire le très monolithique Chaning Tatum et fait une grande place à l’excellent Jude Law, magnifique acteur, magistralement secondée Rooney Mara.

     Une mise en scène efficace ; suspens et retournement de situations sont au rendez-vous.

     Un film intelligent à ne surtout pas rater.

Tag(s) : #Chronique Cinéma

Partager cet article

Repost 0