Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

INSAISISSABLE

     Je n’irai pas par quatre chemin : ce film est remarquable, sans aucun doute le meilleur que j’ai vu ses six derniers mois.

         

     Durant l’introduction, deux magiciens confirmés Atlas (Jesse Eisenberg) et Henley (Isla Fisher), un mentaliste McKinney (Woody Harrelson) et un jeune prestidigitateur talentueux mais sans reconnaissance Jack Wilder (Dave Franco) sont recruté par un mystérieux individu.

     Nous les retrouvons un an plus tard, sous l’aile d’Arthur Tressler (Michael Caine), un généreux mécène. Ils ont pris le patronyme des 4 Cavaliers et leur premier (?) spectacle fait salle comble. Le numéro final s’avère des plus spectaculaires. Après avoir tiré au sort un spectateur dans le public (José Garcia), en direct, ils cambriolent sa banque (situé en France) en le « téléportant » dans la salle du coffre de celle-ci. Mais ils ne s’arrêtent pas à un vulgaire vol et alors que l’agent s’envole de la banque parisienne, les billets retombent dans la salle, offerts au public.

     Bien entendu c’est un vol et la police ne peut que s’en mêler. L’affaire retombe dans les mains de l’inspecteur Dylan Rhodes (Mark Ruffalo) qui a pourtant mieux à faire et qui ne trouve aucun intérêt à la magie. Pire on lui colle dans les pattes une jeune française Alma (Mélanie Laurent) débarquée dont ne sais où et qui se dit d’être d’Interpol – après la banque volée est française.

     Les 4 cavaliers sont arrêtes, mais fautes de preuves, ils sont aussitôt relâchés.

     Intervient alors l’ancien prestidigitateur Thaddeus Bradley (Morgan Freeman) qui, pour s’enrichir, a préféré quitter le métier et passer à la télévision pour révéler les trucs de ses anciens confrères et démonter la magie de leur numéro. Un allier arrogant, mais précieux pour les deux policiers qui leur dévoilera les trucs derrière le vol de la banque et prévoit que ce coup n’est que le premier pour les 4 Cavaliers, supposant deux autres numéros dont un final spectaculaire où ils s’en mettront plein les poches détruisant l’illusion de Robin des Bois qu’ils se sont donnés avec le premier tour.

    Une belle épine dans le pied de nos 4 Cavaliers.

                  

    « Insaisissable » est un fil parfaitement mené par Louis Leterrier.

     D’une part les 4 Cavaliers sont tout de suite sympathiques malgré leurs petits travers et pour être honnêtes, Robin des Bois ou Voleurs, nous avons vraiment envi qu’ils s’en sortent, ce qui, bien sûr, n’est pas dit.

     Les autres personnages sont intéressants et intriguants. Impossible de connaître leurs pensées profondes ce qui renforce l’intrigue, en particulier le fait de découvrir qui est le cinquième cavalier hypothétique supposé par Rhodes, ce mystérieux recruteur (homme ou femme ?).

                   

     L’intrigue est très bien menée, nous laissant jusqu’à la fin dans le flou des réels motivations de chacun même si un schéma se dessine, et surtout de celui ou celle qui a tout organisé (et pourquoi). Passionnant d’autant que l’histoire nous délivre quelques indices et suppositions au compte-gouttes tout au long du film, nous permettant de faire nous-mêmes nos hypothèses.

     Aidé par un cadrage dynamique, le rythme est soutenu et ne nous laisse guère de répit entre numéros grandioses de magie, affrontements verbaux, poursuites, réflexions et mystères. L’exploration des personnages est présente sans être étouffante et s’il y a une touche romanesque, elle est simplement esquissée pour être sympathique sans en faire le sujet du film.

     Rien à redire sur le jeu des acteurs en particulier de Morgan Freeman ou de Mark Ruffalo qui sont remarquables, sans pour autant que les autres soient en reste.

                     

     La fin du film est  inattendue (je ne parle de l’épilogue à Paris).

     On pourrait rajouter des effets spéciaux utilisés à juste titre, une bande son adéquat et des touches humoristiques

 

     Comme je l’ai dit en introduction, un film remarquable, frôlant la perfection dans tous les domaines, intelligent, sympathique et vivant. Bref un film réellement magique, à ne rater sous aucun prétexte. Sa sortie en DVD dans quelques mois permettra même de le revoir sous un autre angle, riche d’en connaître à l’avance la fin.

Tag(s) : #Chronique Cinéma
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :