Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LE JEU, ou le danger des smartphones.

Tiré de l’œuvre de Paolo Genovese, le film de Fred Cavayé est dans la lignée du « Dîner de con » et plus encore du « Prénom ».

Trois couples et un divorcé, tous les membres masculins étant amis d’enfances, se retrouvent comme souvent autour d’un dîner. Si on sent quelques non-dits ou difficultés dès le commencement, le repas débute dans le calme jusqu’au moment où Marie (Bérénice Bejo) propose un jeu : lire textos et autres messages arrivant sur les téléphones de tous les présents, publiquement. Son mari Vincent (Stéphane De Groodt) n’approuve pas du tout, mais finira par céder même si les autres hommes présents sont aussi réticents. Bien entendu, peu à peu la situation part en vrille.

 

Ce type de film repose avant tout sur la qualité des acteurs et la montée en puissance des événements qui doit être dosée. L’humour et les émotions sont nécessaires alors que les sourires deviennent grinçants. Je dois avouer que l’ensemble de ces trois points est parfaitement maîtrisé.

Chaque personnage est bien défini, nous permettant de les cerner rapidement tout en gardant une part de secrets à dévoiler. Dire négativement qu’ils sont de purs stéréotypes serait mal vu, ils ont juste ce qu’il faut pour que durant le court laps de temps d’un film, le spectateur puisse les identifier. Dans ce type de récit, il ne s’agit pas d’en faire des personnages hypercomplexes ; ils ont juste ce qu’il faut. Par ailleurs, les acteurs sont parfaitement assis dans leur rôle, se Suzanne Clément (Charlotte) à Roschdy Zem (Marco) en passant par Vincent Elbaz (Thomas) ou Doria Tillier (Léa), sans oublier Grégory Gadebois qui incarne le personnage plus effacé de Ben, mais pas moins intéressant que les autres.

 

Le Jeu

 

Les émotions montent en puissance jusqu’à l’explosion finale, violente et tragique. Le scénario à l’intelligence d’aborder plusieurs thèmes, même si deux sujets principaux se détachent dont, sans surprise, l’infidélité. Chaque révélation intermédiaire et mineure est désamorcée par l’un ou l’autre des protagonistes et par un peu d’humour souvent grinçant pour le spectateur. Cependant elles s’ajoutent toutes à l’ambiance délétère qui s’installe peu à peu.

Notons un très beau moment d’émotion lorsque Margot (Fleur Fitoussi) appelle son père Vincent, conversation publique comme toutes, même si elle l’ignore.

 

Léa, Thomas, Charlotte

 

La fin me laisse un peu perplexe, vous comprendrez en allant voir le film. Fallait-il conclure ainsi par cette pirouette ? Pourquoi pas ? Elle sert une certaine morale de l’histoire du type « toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire »…

 

Le Jeu

 

Un film qui n’est pas qu’une comédie, là encore démontrant une grande qualité des acteurs avec un Stéphane De groodt dans un registre très différent de ce qu’on lui réserve d’habitude, plus pausé.

 

À voir.

LE JEU, ou le danger des smartphones.
Tag(s) : #Chronique Cinéma
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :