Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

NOCTURAL ANIMALS

Susan Morrow (Amy Adams) est une des responsables d’une vaste et renommée galerie d’art, mariée, elle vit avec Hutton (Armie Hammer) dont elle ne semble guère amoureuse. Qui plus est, il est très clair qu’il la trompe. D’évidence, Pauline n’est pas heureuse. Mais un colis va peut-être bouleverser son quotidien morose : le manuscrit d’un roman écrit par son ex, Edward Sheffield (Jake Gyllenhaal) et qui va être publié dans les jours qui suivent. Le roman « Nocturnal Animals » du surnom qu’Edward donné à Susan, met en scène une famille en proie à des voyous au milieu du désert. Cette lecture va replonger Susan dans ses souvenirs heureux avec Edward.

 

 

Le film est prenant, tant l’histoire que raconte le roman est dure et violente, contrastant fortement avec la vie « heureuse » d’avant de Susan et de celle, plus conventionnelle et bourgeoise, de son présent. Une mise en abîme qui, on le comprendra, relie les sentiments du « faible » Edward à la vie qu’il a eue avec Susan alors qu’ils étaient tous deux jeunes et pleins de rêves, lui de devenir écrivain et elle sans doute artiste. Son ressenti s’exprime dans son œuvre. Impossible d’analyser plus ce miroir sans dévoiler le film, donc je n’en dirai pas plus sur ce point.

 

 

Tom Ford, scénariste et réalisateur, que je découvre marque clairement Nocturnal Animals d’une volonté esthétique marquée. Chaque monde a ses propres codes et tranche nettement avec les autres.

Le présent est aseptisé, froid, opprimé par un art provocateur (le début en est le meilleur exemple ainsi que le taureau) duquel on peut se demander s’il est même acceptable et pas seulement le fruit d’un voyeurisme dérangeant plus qu’une dénonciation. Un écho parfait aux états d’âme de Susan.

Le roman nous écorche dans un désert presque infini, sous la tutelle d’un flic d’apparence froide et détachée (Michael Shannon) et sous le joug d’un trio de malfrats dérangeants et mortels (Aaron Taylor-Johnson). Un no man’s land où la violence peut s’exprimer en dehors de toute humanité.

Le passé et la relation amoureuse entre Susan et Edward s’inscrivent dans le quotidien et la réalité de la ville. La vraie vie, celle qui mérite d’être vécue avec ses joies et ses écueils.

 

 

A noter la scène très intéressante et très révélatrice entre Susan et sa mère comme un point d'orgue prophétique du film, un débat sur l'évolution de nos priorités avec l'âge.

Amy Adams (Premier Contact, Big Eyes) et Jake Gyllenhaal (Source Code, Prince of Persia) incarnent à la fois les personnages dans la réalité et ceux du roman, leur offrant des rôles doubles dans des situations très différentes. Du coup leur jeu d’acteur est mis en avant, plus encore pour Amy Adams qui démontre une fois encore son talent.

 

 

Un film travaillé, un montage réussi, un vrai suspens dans le roman et une fin inattendue.

NOCTURAL ANIMALS
Tag(s) : #Chronique Cinéma

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :