Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PATIENTS, un film sur le courage.

A la suite d’un accident « stupide », Ben (Pablo Pauly), joueur de basket, se retrouve tétraplégique partiel. Après un séjour à l’hôpital, il se retrouve en centre de rééducation en compagnie d’autres accidentés. Sous la tutelle bienveillante du personnel dont Christiane (Anne Benoit), Jean-Marie (Alban Ivanov) ou le kiné François (Yannick Renier), commence alors le dur combat pour récupérer, ne serait-ce qu’un peu.

 

 

Ce film adapté du roman autobiographique de Grand Corps Malade (le slameur) nous plonge au cœur de la tourmente des accidentés, sans complaisance, mais aussi sans mirabilisme. Le film ne joue ni sur un excès de sensiblerie, ni sur une pitié compréhensible mais qui serait de mauvais aloi, tant ces personnes se battent face à une terrible adversité.

 

 

Ainsi les personnages et le ton du film sont presque solaires, emprunt d’un positivisme et d’une volonté de ne rien lâcher sans pour autant nier la dure réalité et les moments de désarroi profonds et les échecs cruels.

Si le film est sans aucun doute édulcoré, il n’en montre pas moins la réalité des difficultés physiques des accidentés (transit digestif, problèmes urinaires, escarres), des limites locomotrices, mais également des problèmes moraux. Si tous ont des moments de déprimes, de défaitismes, il y a également le regard sur soi-même qui est évoqué, cette dépendance parfois quasi absolue qu’ils doivent admettre.

 

 

Les acteurs sont parfaits dans des rôles difficiles où la pudeur et la retenue s’imposent à chaque instant. En tête de liste Pablo Pauly qui joue le personnage principal de Ben, tenant d’un espoir sans faille, mais fait d’illusions.

Soufiane Guerrab incarne un Farid jovial qui titille vers le haut et la bonne humeur, mais qui reste très réaliste sur leur situation. Franck Falise interprète Steeve un personnage qui vit avec plus de difficulté son handicape. Sans oublier Rabah Naït Oufella (Eddy) Moussa Mansaly (Toussaint) ou Naila Harzoune (Samia) qui sont autant de facette et de personnalités différents face à leur combat. Un panel certes non exhaustif, mais large contre l’adversité.

 

 

La réalisation suit l’humeur du moment. Prisonnier d’un corps, nous étouffons au début avec cette vision limité et floue. Plus proche des acteurs lors des moments d’introspections, mais aussi tout en pudeur. Champ large malgré les couloirs lorsque Ben prend son premier envol dans son fauteuil roulant. Une réalisation globalement conventionnelle mais explicite et adaptée.

 

Au final un beau film qui traite certes du handicape, de ses difficultés, d’une rééducation lente et laborieuse, mais qui parle avant tout de personnes et non d’handicapé.

 

Un sujet difficile à traiter, parfaitement réussi ici.

 

Un film que tout le monde devrait voir.

PATIENTS, un film sur le courage.

Je me permets également de mettre un lien vers une association que je soutiens :

Tag(s) : #Chronique Cinéma

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :