Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

PROJECT VIPER, tome 1 : RISING

Nous sommes dans un futur proche où les augmentations sont assez courantes. Il faut comprendre par « augmentations » des prothèses de hautes qualités et fonctionnalités. Pour autant, la plupart n’accroissent pas les capacités physiques à quelques (nombreuses ?) exceptions près. Le pays est sous la tutelle d’une présidente et du Conglomérat dont la société Pinxit est la plus puissante (elle crée des augmentations bien sûr).

Aryan Turner, le dirigeant de cette entreprise, initie le projet Viper consistant à recruter des hommes de valeur pour en faire des guerriers cybernétisés de premier ordre capable de servir le Conglomérat à travers lui.

Bien malgré lui, Skylar, un résistant opposé au Conglomérat, se retrouve intégré de force au projet. Quant à Blayne, presque mortellement brûlé sur l’ensemble du corps, la scientifique Zeera l’introduit dans ses expérimentations sans son accord et pas seulement par altruisme.

 

Le tome 1, Rising, est clairement une introduction au monde de l’autrice et à ses deux personnages principaux. Ne vous attendez donc pas à trouver l’une des missions de l’équipe Viper, mais une mise en place de l’origine des personnages jusqu’à ce qu’ils intègrent l’équipe. Certains trouveront peut-être que 400 pages, même avec une mise en page assez lâche, c'est assez long. Pourtant et malgré l’intrigue de Monsieur V qui n’a qu’un intérêt limité (si ce n’est mettre un peu de suspens), l’ensemble se lit bien. La déstructuration psychologique de Skylar vaut bien ce choix de l’autrice de prendre le temps de l’installer. Une descente aux Enfers puissante qui nous tient en haleine et constitue l’intérêt principal du recueil. Moins forte, l’évolution de Blayne n’en est pas moins attachante.

 

En toute fin de recueil, les autres membres des Viper nous sont présentés. Un panel bien choisi, aux aptitudes complémentaires et aux personnalités variées, qui nous promet - pour la suite - une équipe à la hauteur de nombreux défis. Mon petit bémol est que la description de leurs origines et de leurs capacités nous sont toutes présentées à la suite, presque comme un catalogue. Sans être indigestes, peut-être que ces tranches de vie auraient pu être réparti dans tout le roman.

 

Est-ce que l’utilisation des termes « district » et « Capitole » par l’autrice est très gênante ? Un débat qui semble avoir lieu. Bien sûr, ils nous rappellent Hunger Game, mais il ne s’agit pas là d’un copié-collé, mais simplement de mots génériques. Peut-être eût-il été préférable de ne pas associer les deux pour éviter les fâcheux ou prévenir que des images s’imposent à nous. Mais ce n’est vraiment là qu’un point de détail.

 

J’ai acquis ce roman dans un salon où je me trouvais en dédicace à côté d’Ellen Raven Martin, jeune autrice qui – pour l’instant – manque un peu d’allant pour présenter son roman. Je l’avais acquis par curiosité et par la sympathie que j’avais pour Ellen mais sans grande conviction, si ce n’était celle apportée par les propos d’une autre autrice et chroniqueuse qui avait aimé ce récit (Gabrielle Viszs pour ne pas la citer).

Après l’avoir lu, je ne regrette absolument pas cette acquisition. Le récit est prenant, les personnages intéressants et l’écriture plus que correcte. Bref un roman qui commence joliment cette série cyberpunk.

À suivre bien sûr.

Le deuxième tome "Faceless" est déjà paru.

A acquérir sur amazon

PROJECT VIPER, tome 1 : RISING
Tag(s) : #Chronique Littérature
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :