Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Eclats de Rêves est un fanzine traitant essentiellement du fantastique si je m’en réfère aux numéros que je possède. Parution hélas un peu irréguliére.

Vous pouvez trouver son site dans mes liens et vous l’aurez reconnu, ce numéro 18 fait parti de mon quizz « Tranches de Livres ».

 

Eclats-de-Reves-18.jpg

 

Comme tout fanzine, la qualité peut être inégale et les histoires exposés vous parler plus ou moins selon vos goûts.

 

Je passerai donc rapidement sur :

 

 - « Carrefour de la Dame Blanche » de Florent Liau. Un sujet trop rapidement traité ou en tout cas au contenu mal adapté au format nouvelle. Et l’antipathie vulgaire du personnage principal n’a pas réussi à m’accrocher.

 

- « Le « La » Naturel » d’Olivier Gechter. Si l’idée est amusante, je pense que la nouvelle aurait du s’attarder sur l’avant révélation et ne pas s’attarder sur l’après sans grand intérêt.

 

Par contre j’ai bien aimé les deux nouvelles suivantes :

 

- « Les saules » de Frédéric Durand. Petit clin d’œil non dissimulé à HP Lovercraft. Si la fin aurait mérité d’être un peu plus explicite, le déroulé de l’histoire avec montée progressive en puissance m’a séduit. Une petite Aïssatou à découvrir.

 

- « Corps et Biens » de Nicolas Liau. Nous partons d’une situation tristement banale pour progresser peu à peu vers l’étrange puis l’inquiétant. Ce qui peut apparaître comme les problèmes de mémoire ou de comportements d’une vieille dame va progressivement basculer jusqu’à une conclusion dignes des « Comptes de la Cryptes ». Plaisant.

 

J’ai gardé mes deux préférées pour le fin :

 

- « Vertige » de Livia Galeazzi. Voilà un texte bien tourné et une petite Célia très attachante. On ne sait pas très bien à partir de quel moment nous quittons les faits réels pour passer au-delà. L’auteure nous emmène doucement vers une fin que nous n’attendons pas (pour ne pas dire autre chose qui casserait le suspens). Belle émotion.

 

- « Le monde au bord du rêve » de  Nicholas Eustache. Encore un texte très court, mais efficace. Une plongée onirique chargée d’une réelle poésie d’intention. La fin ne fait qu’amplifier l’ensemble, donnant un touche finale qui réveille en nous l’espoir de cet enfant innocent et naïf que nous devrions tous conserver au fond de nos cœurs… de nos âmes.

 

Pour ceux qui n’iront pas dans mes liens, je vous remets ici le site d’Eclats de Rêves…. N’oubliez pas, un fanzine n’existe que par ses lecteurs (abonnements possibles).

 

http://eclats-de-reves.blogspot.com/

Tag(s) : #Chronique Littérature

Partager cet article

Repost 0