Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

CAPTAIN MARVEL, une miss moderne au cinéma.

Avant la prochaine conclusion des Avengers face à Thanos, Marvel Pictures revient sur les origines de Captain Marvel. Souvenez-vous, si elle n’apparaît pas dans Avengers : Infinity War, pour ceux qui seront restés au générique de fin, Nick Fury fait appel à elle via à un petit appareil sur lequel il y a son logo. Et je parle bien de « elle » et non de lui car il s’agit ici de Carol Danvers alias Verss (Brie Larson) - voir la fin de l'article.

 

Verss

 

En bref, Verss est une Kree. Les Krees sont une race extraterrestre déjà aperçue dans les Gardiens de la Galaxie avec Ronan L’accusateur.  Ce peuple se compose d’une ethnie à peau bleue majoritaire et une ethnie à peau rose discriminée (mais le film n’en parle pas).

Verss fait partie d’un commando d’élite dirigée par Yon-Rogg (Jude Law) et possède des dons énergétiques spécifiques octroyés par l’Intelligence Suprême (Sorte d’IA bio technologique dirigeant les Krees) s’oppose dès le début à l’infâme peuple extraterrestre Skrull ; des êtres capables de prendre l’apparence et une partie des souvenirs d’autres humanoïdes (dans le film). Suite à un « problème technique », Verss se retrouve séparée de son commando et atterrit sur Terre, tout comme quelques skrulls, dont Talos (Ben Mendelsohn) dont elle va se mettre en quête.

Sur Terre nous sommes à la fin des années 80 / début 90, Nick Fury (Samuel L. Jackson) n’est pas encore un vétéran du SHIELD alors que Coulson vient juste de l’intégrer (Clark Gregg). Ils vont croiser la route de Verss qui commence à se demander si sa vie est bien celle qu’elle croit… Est-elle vraiment un Kree ? Ne serait-elle pas plutôt une Terrienne ?

 

Nick Fury

 

Cette version de Captain Marvel n’est sans doute pas le personnage le plus marquant de l’univers Marvel, même si très clairement, Marvel cherche à la mettre en avant. Un pari donc audacieux pour ce film, d’un personnage peu voir pas connu du grand public, sans la puissance d’une marque politique ou ethnique derrière comme cela l’était pour Black Panther.

Sans être le Must indispensable, le film reste réussi.

 

Captain Marvel / Carol Danvers

 

Brie Larson incarne un Carol Danvers plutôt sympathique, même moins rigide et quelque peu froide que sa version comics. Les nombreux scénaristes et co-scénaristes ont réussi à réunir dans cette incarnation de nombreux éléments de la version papier tout en les redéfinissant : Passé militaire, lien avec Mar-Vell, pouvoirs liés à la technologie Kree, amnésie (due à Malicia des X-Men dans la BD, pas ici) et même une petite touche de Binaire. Une réécriture avec respect du personnage d’origine que j’ai apprécié.

Comme dans les comics, son costume est aux couleurs de celui du Captain Marvel originel et comme dans les comics il possède cet affreux casque à crête de cheveux. Beurk ! Si je préférai Carol Danvers sous sa version Warbird, dans les comics, cette incarnation s’éloigne toutefois du stéréotype du costume et du titre féminin « sexiste » de Miss Marvel, première identité de Carol Danvers (là aussi dans les comics). Bref une femme moderne et ça fait du bien.

Certains, comme une de mes filles, craignent que son potentiel n’explose Thanos en un clin d’œil ou n’éclipse les Avengers. Il faut dire que Captain Marvel a monté de niveau depuis Miss Marvel et qu’elle est désormais plus proche d’une Supergirl que d’un Iron-Man. Mais notons, que le scénario respecte aussi l’effet de la tracée lumineuse en vol.

 

 

Côté extraterrestres, le monde et la mentalité Kree est survolé suffisamment pour que l’on puisse s’en faire une idée, mais un peu plus aurait été sympa (le racisme par exemple). Quant aux Skrulls, j’ai vraiment apprécié ce qu’il en a été fait, peut-être un peu trop léger, limite humoristique. Manque quand même un Super-Skrull (mais comment le relier aux 4F ?) ! 

 

Ravi de retrouver Fury jeune et d’un autre tempérament tout comme Coulson déjà égal à celui qu’il sera dans la série Agents of the SHIELD (je n’en suis qu’à la saison 2).

 

Coulson rajeuni

 

Petite émotion avec l’hommage du générique de début à Stan Lee et son ultime caméo.

 

L’action se répartit bien dans l’histoire et le scénario avec le dévoilement progressif de la vérité sur Carol est agréable. Nous avançons comme elle dans le brouillard de sa mémoire défaillante.

Un film côté lumineux, entre superhéros et un début space opera. Sympa.

 

Captain Marvel

 

Quant à Captain Marvel, comme je le sous-entendais il a eu plus d’une incarnation dans les comics. On peut en compter 8

La mort de Captain Marvel

Le plus emblématique au sein de l’écurie Marvel fut Mar-Vell créé en 1967 par Stan Lee et Gene Colan. Si l’un des personnages du film reprend son nom, nous sommes assez éloignées du personnage du comics, si ce n’est ses prises de position et son lien avec Carol et ses origines. Mar-Vell est grandement connu pour sa mort épique face au cancer, maladie qui le terrassera. Un magnifique album.

Moins emblématiques : son fils Genis-Vell (alias aussi Legacy ou Photon) ou sa fille Phyla-Vell (alias ensuite Quasar). Nous avons aussi une réplique skrull  du nom de Khn’nr qui s’est vraiment pris pour le héros (seul intérêt du personnage) ou un autre kree du nom de Noh-Varr (qui fut Marvel Boy) peu passionnant.

Toujours chez Marvel, deux autres personnages ont porté sont le nom de Captain Marvel : Carol Danvers (qui fut d’abord Miss Marvel, puis Binaire, puis War Bird, puis Captain Martel), mais aussi Monica Rambeau crée en 1982 par Roger Stern. Marine, elle est apte à se transformer en toute forme de « radiations » et s’est ensuite fait appeler Photon, Pulsar puis Spectrum (peu mieux faire). Et nous retrouvons cette dernière enfant dans le film, jouée par Akira Akbar (mais elle n’est pas amirale !!) et est la fille de Maria Rambeau (Lashana Lynch) meilleure amie terrienne de Carol.

 

Captain Marvel Monica Rambeau

 

Enfin et nous le verrons aussi bientôt dans un film, nous avons chez DC, Shazam. Eh oui, jusqu’en 2011 ce personnage portait le nom de Captain Marvel et il a la primeur du nom puisqu’il a été créé en 1940 par les publications Fawcett (plus tard racheté par DC), fortement inspiré de Superman, mais aux pouvoirs d’origine magique. Mais nous en reparlerons bientôt de ce trublion ado.

 

Captain Marvel - Shazam

 

CAPTAIN MARVEL, une miss moderne au cinéma.
Tag(s) : #Chronique Cinéma, #Marvel
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :