Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LES SALAUDS GENTILSHOMMES T3 : La république des voleurs.

Troisième tome des Salauds Gentilshommes, la République des Voleurs prend la suite directe du tome 2 où nous avions laissé Locke Lamora et Jean Tannen dans une situation calamiteuse… surtout Locke en fait.

Néanmoins, ils vont se retrouver engagés par Patience qui n’est autre qu’une mage esclave. Rappelons que nos deux compères ne sont pas en bon terme avec cette organisation qui vit à Karthain. Leur mission est d’intervenir dans la campagne électorale qui va bientôt commencer et dans laquelle les Mages Esclaves ont certains intérêts. Bien entendu, il ne s’agit là pas de faire une propagande altruiste ou de distribuer des tracts, mais de manigancer afin d’obtenir suffisamment pour faire gagner le partie soutenue par Patience et les mages esclaves traditionalistes qui s’opposent à une autre faction plus agressive.

Le piment de la mission est leur adversaire direct, celui chargé du même travail pour la partie adverse, puisqu’il s’agit de Sabetha, ancienne équipière des Salauds Gentilshommes dont Locke était amoureux.

 

Je suis toujours étonné de la capacité de Scott Lynch à nous entraîner dans l’histoire, ce d’autant plus que, dans ce tome, le véritable enjeu ne commence qu’à la deuxième partie.

En effet la première partie est entre les conséquences et tentatives d’y remédier de leur précédente aventure et l’introduction par Patience à ce qu’ils vont devoir entreprendre pour son camp. La situation critique dans laquelle se trouve Locke participe sans aucun doute de notre implication directe dans le récit. C’est que nous y sommes attachés à ces deux-là !

L’univers déjà dense et spécifique s’enrichit au cours du récit de découvertes, en particulier sur les Mages Esclaves, leur organisation, leurs divergences, mais aussi leurs buts et Leur peur (le L majuscule est volontaire). Un point de vue intéressant sur un des éléments passés du monde dans lequel évolue nos héros (mais en sont-ils ?).

Et, cerise sur le gâteau, peut-être en apprenons-nous d’avantage sur le passé de Locke, je veux dire sur avant qu’il atterrisse aux mains du Faiseur de Voleurs… Peut-être !

 

Le récit principal concernant la lutte acharnée que vont se livrer Locke et Sabetha n’est sans doute pas le plus intéressant du roman, même si leurs ruses et leurs manipulations sont appréciables. La conclusion des élections est particulièrement savoureuse et inattendue. Amusant ou inquiétant, ces manigances et coups bas politiques ne sont pas sans faire écho aux débats de nos propres hommes politiques, parfois plus truands et avilissants qu’honnêtes et socio économiquement pertinents. Si on peut voir une simplification littéraire dans le choix de n’avoir que deux parties en présence, j’y perçois plutôt la culture américaine de l’auteur et donc, la représentation « caricaturale » des Démocrates et des Républicains. Là où tous les coups bas sont permis.

 

Bien entendu, encore une fois – et je trouve cela jubilatoire -, Scott Lynch nous entraîne dans le passé de Locke. Un passé d’autant plus agréable que l’on retrouve, à cette occasion, Chains et les jumeaux Calo et Galdo. Après une incartade dans l’enfance de Locke, dans ce flash-back, leur mentor, fâché d’un certain laisser-aller, envoie son équipe travailler au sein d’une équipe d’acteur de théâtre pour jouer une pièce dont le roman porte le titre. Une forme de mise en abîme. Cependant en arrivant, il découvre que tout va mal et que le directeur de la troupe, Moncraine est en prison… Une situation à laquelle ils vont devoir remédier.

Cette histoire passée se relie au présent par l’histoire d’amour compliquée qui naît entre Locke et Sabetha et se réactive des années plus tard, dans le présent. Une aventure qui met une fois encore à l'épreuve les mensonges et machinations des Gentilshommes.

 

L’écriture de Lynch est toujours aussi agréable, nous emportant avec légèreté dans un récit copieux. Moins sombre que les deux tomes précédents, le récit laisse une plus grande place à l’humour dans des situations parfois proches du vaudeville, voire du burlesque.

 

La république des voleurs est à nouveau une très belle réussite de Lynch.

Chronique du Tome 1 >> LIEN           Chronique du Tome 2 >> LIEN

LES SALAUDS GENTILSHOMMES T3 : La république des voleurs.
LES SALAUDS GENTILSHOMMES T3 : La république des voleurs.
Tag(s) : #Chronique Littérature
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :