Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

GENITEURS et FILS, d'Anthony Boulanger

"Géniteurs et Fils" est un recueil de nouvelles écrites par Anthony Boulanger. Comme l’indique son titre, le thème central est le lien entre des parents et leurs enfants, mais aussi la passation du flambeau d’une génération à une autre.

 

Tout d’abord, il faut dire que, même si la belle couverture de Khantesis est très forte, elle ne reflète pas l’ensemble du contenu, et la quatrième de couverture ne lève pas le doute. Ce recueil ne disserte pas exclusivement de la maltraitance, loin de là.

A mon sens, la couverture illustre essentiellement les quatre premières nouvelles qui sont regroupées sous le chapitre « Génération première ». Elles sont dures et, malgré une dérivation vers le fantastique, ce sont les 4 nouvelles les plus ancrées (si j’osais : encrées) dans le réel. Elles sont si différentes des autres que, si ce n’était leurs qualités, leurs présences dans le recueil seraient presque incongrues.

Des trois suivantes « Génération abandonnée » je retiendrai le final de  « Proie et dresseur » et de « disparition programmée » même si cette dernière est plus attendue puisque… programmée.

Le Chapitre « Génération perdue » nous entraîne un peu plus dans la fiction pour l’étonnant « Entretien de validation » à la société effrayante, puis dans la fantasy pour les deux dernières avec la très belle « Déchirure et Tissage ». Celle-ci est agrémentée d’une belle magie, et sans doute d’une inspiration née de « Dune » (de Franck Herbert) au moins pour un des personnages et le concept qui va avec.

De « Génération sauvée », je retiendrai essentiellement « Le mal de pierre » qui revisite les légendes traditionnelles, même si le cadre nordique et mythologique du conte « il avait pour mères la brume et Neuf filles… » m’a également emporté vers d’autres horizons. « L’écorce des cœurs » me laisse perplexe quant à sa fin qui manque de clarté.

Enfin, le recueil se termine par une nouvelle un peu plus longue que les autres, « le rouge, le blanc et l’Artefact » qui constitue à elle seule « Génération seconde ». Une réflexion philosophique sur le libre arbitre (mais pas que…) à découvrir.

 

En acquérant ce livre, je m’attendais à des textes plus réalistes et plus intimistes, à l’instar des premiers et de ce que suggère la couverture, aussi ai-je été un peu décontenancé par l’évolution des nouvelles. Toutefois, l’ensemble est de belle facture et d’une écriture pausée, sans esbroufes. Si quelques nouvelles manquent – à mon goût – d’un peu de relief ou de longueur, la majorité a emporté mon adhésion.

J’ai apprécié ce recueil que je vous conseille donc.

 

« Géniteurs et Fils » d’Anthony Boulanger

Aux Éditions du Chat Noir, collection Griffe Sombre.

Tag(s) : #Chronique Littérature

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :